Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portrait

Edgar Menguy

Conseiller Municipal de la ville de Rouen

Membre de l'UMP

Médecin réanimateur du CHU de Rouen

LA PERMANENCE VIRTUELLE

Vous êtes Rouennais et vous avez une question à me poser ou un problème que je peux vous aider à résoudre. Alors, n'hésitez pas ! Vous m'en faites part dans la boite à messages. Je vous donnerai la réponse et je la publierai sur ce blog afin que tout le monde puisse en profiter pour une expérience de démocratie locale en direct.

Boite à Messages

Retour à l'accueil
 

Recherche

Ce blog est un lieu de dialogue sur Rouen, la politique locale et nationale, l'Europe, l'urbanisme, l'environnement, les transports, la santé, la médecine, le sport, la culture, l'éducation et de façon générale sur tous les sujets d'actualité et de société.

Ecrivez-moi

Archives

Actualité

 

Vous voulez être informés
de la parution d'un nouvel article ?
 

Abonnez vous dans la rubrique newsletter ci-dessus
 
Edgar Menguy
 
 

 

Locations of visitors to this page

13 octobre 2005 4 13 /10 /octobre /2005 00:00

Je reproduis ici un article du blog de Loic Le Meur. Il fait une très bonne analyse de la position actuelle de la France face à la mondialisation. Un article à commenter et à méditer.

La mondialisation expliquée aux Français par Loic Le Meur

Dans cet article du Figaro, Philippe Gordon tente de comprendre la réticence de la France vis-à-vis de la mondialisation économique, il y a pour lui trois raisons essentielles qui expliquent le refus français de ce phénomène inéluctable:

1- la mondialisation menace directement la tradition politique et économique étatiste du pays. Les dépenses du gouvernement continuent à représenter 54% du PNB français, un chiffre beaucoup plus élevé que celui de la plupart des pays industrialisés

2- l'attachement des Français à leur culture et à leur identité, que beaucoup estiment menacées par une mondialisation assimilée à l'américanisation

3- la mondialisation menace la notion d'égalité, un des principes fondateurs de la République française. Les fortes inégalités qui sont créées par la mondialisation, plus ou moins acceptées par les Américains, plus individualistes, ne le sont pas dans une France qui semble préférer l'égalité même au prix d'un taux de chômage élevé et d'un niveau vie réduit.

Et il commente aussi le nouveau concept inventé par Dominique de Villepin: "le patriotisme économique":

"L'idée du premier ministre est qu'il faut défendre des «champions nationaux», comme si, de nos jours, l'idée d'une compagnie vraiment «française» avait un sens. La majorité des employés de Danone, par exemple, travaille à l'étranger, et la firme réalise 70% de ses profits hors la France. Est-ce une firme «française» ? Ses patrons investissent-ils plus en France que ne le ferait un patron étranger, et le font-ils pour des raisons patriotiques ?"

Si je n'ai pas beaucoup de commentaires à faire sur la première raison, je suis moi aussi très attaché à la culture et l'identité française mais je pense que la meilleure manière de les protéger est justement de faire en sorte que les réussites françaises et leur reconnaissance à l'étranger soient de plus en plus nombreuses, plutôt que de nous replier sur nous mêmes.

Le monde est un village et la France est beaucoup trop concentrée sur la protection illusoire de notre confort plutôt que la création, sur le passé plutôt que sur l'avenir. Le "patriotisme économique" est une illusion tant les "grands champions français" sont déjà internationaux: la majorité des employés de Danone travaille à l'étranger comme le souligne Philippe Gordon.

Enfin sur la troisième raison, "les fortes inégalités qui sont créées par la mondialisation", tout dépend de quel point de vue on se place. La très forte croissance économique de pays comme l'Inde, la Chine ou la Corée du Sud montre au contraire une très forte progression du niveau de vie dans bon nombre de pays dans lequel le niveau de vie progresse de manière fulgurante. Ce sont au contraire d'un point de vue mondial des inégalités qui s'estompent, sauf erreur de ma part le niveau de vie moyen des citoyens de Singapour est supérieur à ceux des français désormais. Ces pays sont concentrés sur le progrès et leur réussite sur un plan mondial et non national.

Quand va t-on cesser de nous plaindre des méfaits de la mondialisation et nous concentrer sur la compétitivité de la France ? Comme je l'entends souvent lorsque je rencontre mes amis asiatiques ou américains, la France est en train de devenir un musée où il fait bon se rendre pour apprécier sa culture, son savoir-vivre et sa cuisine. Est-ce vraiment ce que nous souhaitons ?

Hier encore à Londres, un investisseur américain me demandait pourquoi j'étais encore en France et pourquoi je ne déménageais pas à San Francisco, centre mondial absolu de ma passion et mon activité, le Web. Je l'ai longuement envisagé et à plusieurs reprises, pourtant je me suis fait une raison, j'aime la France et j'aime y vivre, beaucoup d'aspects de la culture américaine me déplaisent et je ne m'y sens pas chez moi. Je ne défends pas non plus un modèle inégalitaire individualiste, mais je suis très inquiet sur le fait que nous nous concentrions à ce point sur notre confort et si peu sur notre avenir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar Menguy - dans Articles de presse
commenter cet article

commentaires

arte 14/10/2005 18:18

"Le monde est un village". C'est la chose la plus stupide (inventée par Al Gore) que j'aie entendu dans le discours devenu publicitaire du mythe d'un monde global : ce qui est global, c'est le financier. Demandez aux africains abandonnés dans le sahara si le monde est un village ?
Nous sommes en plein mythe !