Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portrait

Edgar Menguy

Conseiller Municipal de la ville de Rouen

Membre de l'UMP

Médecin réanimateur du CHU de Rouen

LA PERMANENCE VIRTUELLE

Vous êtes Rouennais et vous avez une question à me poser ou un problème que je peux vous aider à résoudre. Alors, n'hésitez pas ! Vous m'en faites part dans la boite à messages. Je vous donnerai la réponse et je la publierai sur ce blog afin que tout le monde puisse en profiter pour une expérience de démocratie locale en direct.

Boite à Messages

Retour à l'accueil
 

Recherche

Ce blog est un lieu de dialogue sur Rouen, la politique locale et nationale, l'Europe, l'urbanisme, l'environnement, les transports, la santé, la médecine, le sport, la culture, l'éducation et de façon générale sur tous les sujets d'actualité et de société.

Ecrivez-moi

Archives

Actualité

 

Vous voulez être informés
de la parution d'un nouvel article ?
 

Abonnez vous dans la rubrique newsletter ci-dessus
 
Edgar Menguy
 
 

 

Locations of visitors to this page

4 novembre 2005 5 04 /11 /novembre /2005 00:00

Les évènements de ces derniers jours sont très graves et inquiétants. Rien ne se résoudra par l'invective politicienne et je remarque avec satisfaction que rares sont ceux qui s'y livrent. L'ordre doit être rétabli. C'est un préalable non négociable. Les minorités violentes ne doivent plus dominer une grande partie de nos concitoyens qui vivent dans ces quartiers et qui sont leurs premières victimes. La répression doit s'accompagner d'une démarche d'insertion et d'éducation. Tous ces principes sont vrais et s'imposent à la fois.

Mais au-delà, le vrai enjeu est, me semble-t-il, d'être capables de répondre à la question fondatrice de toute société et de l'action politique : Comment voulons nous vivre ensemble ? En d'autres termes ; Quel est notre projet commun ? Comment chacun veut-il contribuer à sa réussite ? Sommes nous prêts à en débattre ? Sommes nous prêts à renoncer à certains de nos égoismes pour mieux réussir collectivement ?

Martin Luther King avait déjà clairement exprimé cette idée en disant : "Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots." Et si nous l'écoutions ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar Menguy - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

chouchou 05/11/2005 10:52

Oui, c'est vrai, le droit des victimes existent, personnes ou presque n'en fait état.... c'est injuste, je le souligne dans mon blog...
Oui, les troubles dee ces derniers jours ont éclaté dans un contexte politique social et sociétal pourri.
Doit-on pour autant occulter la responsabilité indirecte de Nicolas Sarkozy.
Loin de chercher à dédouaner la violence de certains jeunes qui dépasse maintenant le contexte, et qui n'a plus rien à voir (à mon avis) avec la réaction "émotionnelle" ressentie après le décès des deux jeunes électrocutés dans une centrale EDF, nous sommes dans l'escalade de la violence comme Sarkozy s'est lui-même employé son escalade verbale.
Sarkozy a dépassé les bornes.. les limites de l'entendement... le plus assourdissant, c'est que lui-même n'est pas "encadré", le chef de l'Etat et Villepin, l'ont laissé dire et faire... à ce moment, il n'y a pas eu de recherche d'Unité Nationale autour du gouvernement... Je pense que c'est très grave, au sommet de l'Etat, c'est la confusion la plus totale, les tactiques politiques politiciennes ont pris le pas sur tout autres considérations. La violence est aussi au niveau suprême..
C'est insuportable de voir qu'un homme est mort simplement parce qu'il souhaitait prendre une photo d'un lampadaire, c'est insuportable de penser qu'une dame handicapée à manquée à la mort parce que des voyous ont mis le feu au bus, c'est intolérable de voir que nos pompiers sont caillassés, c'est l'anarchie la plus totale, et je comprends les plus modestes de ces cités qui se lèvent le matin et qui ne retrouvent leurs voitures, leur seul outil de travail, incendié. De même c'est intolérable de mettre le feu aux écoles maternelles, bref aux lieux publics, et quels traumatismes pour les enfants... Je suis ferme dans mes propos.
Je pense quand même que Sarkozy porte une lourde responsabilité, pour gouverner, il faut être responsables de ses actes et de ses discours.

Jacques Heurtault 05/11/2005 10:03

Je ne comprends pas la yonalité générale des réactions. On pense maintenant à ce qu'il faut faire dans 1 an, 2 ans, 5 ans, etc ...
Pendant ce temps, le rythme des bagnoles qui brûlent ne cesse de s'accroitre!
On en est à 750 pour cette nuit!
Dans une semaine, si on ne s'engage pas dans une répression systèmatique et TRES ferme, on en sera à 3000 par nuit!!
Il est temps de se réveiller!!

chouchou 04/11/2005 11:43

Bonjour Edgar,
Pour étoffer ce sujet si profond qui demande fermeté et justice :

Où en est-on dans les zones urbaines sensibles (ZUS) ?
Dès 2002, on supprime la police de proximité -mise en place par le gouvernement Jospin- alors que commençait à s'établir une relation de confiance entre les habitants et la police, on met en sommeil les contrats locaux de sécurité qui réunissaient tous les acteurs de terrain (élus, policiers, éducateurs, assistants sociaux...), on réduit de manière drastique les subventions aux associations ... alors que, pendant ce temps, le chômage repart à la hausse et touche en moyenne 20% des habitants de ces quartiers.

La Droite qui s'était présentée lors des présidentielles comme le champion de la lutte contre l'"insécurité" n'a fait depuis qu'aggraver la situation. Les discours à l'emporte-pièce du ministre de l'Intérieur ne sauraient remplacer les actes. Or les actes, les habitants des cités les attendent toujours. Ils en ont assez des amalgames -tous les jeunes ne sont pas des voyous-, ils en ont assez que les vrais délinquants qui pourrissent la vie de leur cité ne soient pas arrêtés et punis comme il se doit, ils en ont assez que les promesses du gouvernement notamment en matière d'emploi ne soient pas suivies d'effets ...

Avec eux, nous attendons de l'Etat une politique ferme et responsable. - Assurer une vraie présence de l'Etat dans tous les quartiers (pas seulement de la police mais aussi de tous les autres services), - Sanctionner les vrais délinquants - Donner de vraies chances à tous les enfants des cités, - Faire confiance aux citoyens qui y vivent (les "grands frères", les femmes...) qui maintiennent et développent l'entraide et le lien social, -eux connaissent les problèmes et sont les mieux à même de les gérer-, - Lutter contre les discriminations à l'embauche et au logement ...

Les problèmes ne se règlent pas à coups de petites phrases largement médiatisées où le désir de se faire de la publicité l'emporte sur le devoir de servir l'intérêt général. Ils se règlent grâce à une action ferme, concertée et menée dans le respect mutuel.