Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portrait

Edgar Menguy

Conseiller Municipal de la ville de Rouen

Membre de l'UMP

Médecin réanimateur du CHU de Rouen

LA PERMANENCE VIRTUELLE

Vous êtes Rouennais et vous avez une question à me poser ou un problème que je peux vous aider à résoudre. Alors, n'hésitez pas ! Vous m'en faites part dans la boite à messages. Je vous donnerai la réponse et je la publierai sur ce blog afin que tout le monde puisse en profiter pour une expérience de démocratie locale en direct.

Boite à Messages

Retour à l'accueil
 

Recherche

Ce blog est un lieu de dialogue sur Rouen, la politique locale et nationale, l'Europe, l'urbanisme, l'environnement, les transports, la santé, la médecine, le sport, la culture, l'éducation et de façon générale sur tous les sujets d'actualité et de société.

Ecrivez-moi

Archives

Actualité

 

Vous voulez être informés
de la parution d'un nouvel article ?
 

Abonnez vous dans la rubrique newsletter ci-dessus
 
Edgar Menguy
 
 

 

Locations of visitors to this page

18 décembre 2005 7 18 /12 /décembre /2005 11:08

Ce qui s'est passé hier Avenue Pasteur est révoltant. Manifester son mécontentement ou sa réprobation est un droit qu'il n'est pas question de remettre en cause. Mais en quoi saccager, casser, détruire peut-il faire avancer une cause ? Hier le comportement des chasseurs a été inacceptable.

Face à une mesure de précaution prise pour prévenir un risque sanitaire grave, qui va peut-être malheureusement se développer dans les mois qui viennent, comment peut-on en arriver à de telles attitudes ? Les chasseurs ont perdu hier leur crédibilité et la sympathie que l'on pouvait avoir pour eux. Tant pis pour eux.

Il nous faut maintenant réparer nos espaces publics. Les Rouennais ne leur disent pas merci.

Je souhaite la plus grande fermeté à l'encontre des responsables de ces actes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar Menguy - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

chouchou 19/12/2005 14:51

"la vie d'un enfant" a été mis en danger.
Un cocktail lancé à l'intérieur du logement du chef de cabinet du préfet a atterit dans le lit "vide" fort heureusement du petit.
Que faut'il ajouter? C'est nul, et cela décrédibilise toutes celles et tous ceux qui se "battent" au quotidien avec leurs maigres moyens pour défendre de véritables causes humaines.. Chasseurs, je ne vous salue pas.

Rod 19/12/2005 14:09

Totalement OK ... parce que tu retires le plaisir à un mec, il se croit permis de tout bousiller ? On se croirait avec les pochtrons si joliment caricaturés avec les Inconnus "y a le bon, et le mauvais chasseur" ... la chasse est un privilège, et non un droit.

Jules 19/12/2005 09:58

C'est vraiment honteux!!! A voir le nombre de canettes de bières après leur passage, on se demande si ces gens ne feraient pas mieux de s'adonner aux joies du paint-ball...moi ça me fait peur de voir des alcoolos avec des fusils, près à en découdre avec les CRS. Comment être tranquille après lors de ballades en forêt le dimanche?
La chasse devrait être tout simplement interdite, ces pratiques du moyen-âge n'ont plus lieu d'être à notre époque.

Edgar 18/12/2005 14:15

Je partage tout à fait ce point de vue

nicolas octau 18/12/2005 13:18

Je suis passé hier soir avenue Pasteur car j'avais garé ma voiture à proximité.Sur le coup je me suis demandé quels vandales avaient bien pu ravager à ce point cette avenue qui pourtant fait la fierté des rouennais.On aurait pu croire dans le contexte actuel à la résurgence de violences urbaines issues de "racailles" de banlieu, que néni il s'agissait seulement de "racailles" de campagnes, qui faute de pouvoir tirer sur des canards s'en sont prit au mobilier urbain.Je suis pourtant proche des revendications du monde paysans,mais je ne pensais pas que le fait de ne pas pouvoir tirer sur un canard après avoir picolé toute une nuit dans un gabion pouvait énerver à ce point, je me demande même s'il est résonable de donner un port d'arme à des gens si fragiles psychologiquement.J'espère que ces gens seront puni de la même manière que les émeutiers de banlieu,en vertu du principe d'égalité des chances mais dans le sens inverse .