Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portrait

Edgar Menguy

Conseiller Municipal de la ville de Rouen

Membre de l'UMP

Médecin réanimateur du CHU de Rouen

LA PERMANENCE VIRTUELLE

Vous êtes Rouennais et vous avez une question à me poser ou un problème que je peux vous aider à résoudre. Alors, n'hésitez pas ! Vous m'en faites part dans la boite à messages. Je vous donnerai la réponse et je la publierai sur ce blog afin que tout le monde puisse en profiter pour une expérience de démocratie locale en direct.

Boite à Messages

Retour à l'accueil
 

Recherche

Ce blog est un lieu de dialogue sur Rouen, la politique locale et nationale, l'Europe, l'urbanisme, l'environnement, les transports, la santé, la médecine, le sport, la culture, l'éducation et de façon générale sur tous les sujets d'actualité et de société.

Ecrivez-moi

Archives

Actualité

 

Vous voulez être informés
de la parution d'un nouvel article ?
 

Abonnez vous dans la rubrique newsletter ci-dessus
 
Edgar Menguy
 
 

 

Locations of visitors to this page

1 février 2006 3 01 /02 /février /2006 23:41

A qui profite le blocage sur le projet de médiathèque ? La réponse me semble claire. A personne et surtout pas aux Rouennais et aux Rouennaises ( et en particulier aux plus jeunes d'entre eux) ! La décision du Conseil Régional, suivi par le Conseil Général, de ne pas financer le projet de médiathèque de Rouen semble se confirmer. C'est ce que leurs Présidents respectifs ont fait savoir. C'est regrettable pour Rouen et son agglomération. Outre le fait de voir délibérément ces collectivités pénaliser leur ville capitale, une telle position suggère un certain nombre de commentaires et d'interrogations.

Pour rester positif, il faut tout d'abord remarquer que tout le monde semble s'accorder sur un point : Ce projet a un immense intérêt pour le développement de la lecture publique dans l'agglomération, le département et la région. C'est rassurant ! Donc, il faut faire une médiathèque. Le seul problème est de savoir où l'implanter …

Car le lieu d'implantation est finalement le seul point de discorde. Il a fait l'objet de débats et d'études. Les deux sites "finalistes", tous deux situés sur la rive gauche de Rouen,  sont distants de quelques centaines de mètres : Faut-il choisir Grammont ou la rue des murs Saint-Yon ?

Je ne reviens pas sur l'argumentaire qui nous fait préférer Grammont. Mais j'avoue ne pas comprendre ce qui motive le blocage actuel. Car le choix de Grammont a été fait par le Conseil Municipal de Rouen au terme de l'un des meilleurs débats contradictoires que nous ayons eu depuis 2001. C'est l'expression de la démocratie. C'est toute la noblesse de la politique que de débattre et de décider. Cela ne me paraît pas négligeable et pouvoir être remis en cause par l'impression ou la décision d'un membre d'une autre collectivité, en fut-il le Président !

Par ailleurs, les élus des Conseils Généraux et Régionaux représentent par définition les populations du département et de la région. En quoi, une différence de quelques centaines de mètres pose-t-elle problème, en terme d'accessibilité, pour un habitant de l'un de ces territoires qui se sera déplacé de plusieurs dizaines de kilomètres pour venir à la médiathèque ? Si c'était le cas, signalons que c'est l'une des caractéristiques des transports en commun que de s'adapter aux besoins.

Le débat a déjà également eu lieu au niveau de l'agglomération et du groupement d'intérêt public du Grand Projet de Ville, dans lesquels la majorité politique des 2 conseils est majoritaire ou largement représentée. Dans les 2 cas, au vu de l'intérêt social et urbain, le projet a été validé.

Ce débat pose aussi la question de l'organisation de l'administration territoriale française, de sa complexité et de l'utilisation qui peut en être faite. En effet, la France est l'un des rares Etats de l'Union européenne à conjuguer quatre niveaux d'administration territoriale : l'Etat, la Région, le Département et la Commune. L'administration locale repose donc sur une organisation à trois niveaux, la Commune, le Département et la Région, qui sont à la fois des circonscriptions administratives de l'Etat et des collectivités territoriales décentralisées. Chaque collectivité territoriale dispose de pouvoirs propres et il n'existe pas de hiérarchie entre elles : aucune ne peut exercer de tutelle directe ou indirecte sur les deux autres. Dans le cas présent, c'est malheureusement ce que s'autorisent le Conseil Régional et le Conseil Général. C'est contraire à l'esprit de l'organisation administrative qui imagine (à tort ?) que l'intérêt général et la subsidiarité sont supérieurs à la complexité de l'empilement des structures.

Alors, y-a-t-il d'autres motivations ? Y-a-t-il une volonté de voir Rouen ne pas aller de l'avant ?  Au-delà du discours de façade veut-on vraiment que ce projet aboutisse ? Car il ne faut pas se tromper. Toute décision qui remettrait en cause le choix du Conseil Municipal retarderait considérablement ce projet voire pourrait le condamner.

Depuis 2001, nous avons fait le choix de développer notre ville et de la doter des infrastructures dignes de son histoire et de son rang après que pendant trop longtemps tous les investissements structurants se soient faits à son détriment ou en dehors d'elle. Ce choix marque notre volonté de voir Rouen reprendre sa place parmi les grandes villes de France et d'Europe et de le faire avec une vision à long terme. Je suis tout à fait persuadé que c'est l'enjeu et qu'il ne faut pas renoncer à ce choix d'avenir. Tous les élus de Rouen quelque soit leur étiquette politique ou le siège qu'ils occupent devraient faire cause commune pour cet objectif. Les enjeux personnels, politiciens  ou de court terme ne doivent pas entraver une telle ambition.

Espérons que la raison l'emportera. L'ouverture de la médiathèque, fruit d'un effort partagé et dans les délais annoncés, serait à mettre au crédit de tous et serait au bénéfice de tous les habitants de l'Agglomération et de la Région. L'avenir nous dira si cet argument, qui devrait l'emporter sur tous les autres, suffira. Je l'espère.

Finalement ce sont deux visions de la ville qui s'opposent : Une vision technique et statistique basée sur une "rentabilité" de l'investissement (bizarrement portée par des "élus de gauche") ou une vision "sensible" basée sur les besoins sociaux et le rapprochement des différents territoires de la ville.  C'est celle que nous défendons et que je soutiens. Je suis persuadé que celle-ci ne nuira pas à la fréquentation de la médiathèque. Il faut oser cette approche. Sinon, il faudra s'inquiéter pour l'avenir de notre ville et pour celui de la politique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar Menguy - dans Rouen
commenter cet article

commentaires

Edgar Menguy 15/02/2006 23:11

Pas facile !

chouchou 15/02/2006 19:41

Je voulais faire un trackback...
 
http://canteleu.paysdecaux.com/tb.php?id=459

Fred Lorenzi 07/02/2006 20:51

Dans l'affaire, je n'arrive toujours pas à comprendre comment on pourra se rendre à cette médiathèque. Je n'ai pas de voiture, j'ai entendu parler du parc grammont, qui parait il est formidable, mais je n'ai pas encore réussi à y aller, car il faut toute de même se lever de bonne heure pour y aller en "10". Pour les étudiants ou les chercheurs qui doivent y aller ts les jours, belle galère en perspective...
si j'ai bien compris, cette médiathèque doit servir à toute l'agglo et même bien au delà. comment les gens vont pouvoir s'y rendre s'ils ne sont pas de Rouen alors que ce n'est déjà pas pratique du tout pour les rouennais ?
on parle d'une nouvelle gare à 1km de là, mais d'ici 2015 (ou plus ?) on a le temps de voir...
si on demande des financements importants au département, à la région et à l'état, ils doivent pouvoir dire ce qu'ils en pensent, non ? à leur place, je ne financerai pas les équipements de telle ou telle commune les yeux fermés, par respect pour l'argent public. car en somme, cette médiathèque serait aussi financée par des havrais ou des ébroïciens ! si on demandait une participation de la ville sur un projet du département, je pense que le maire voudrait que son avis soit pris en compte, et cela sans remettre en cause l'autonomie du président du département !
j'ai fais mes études dans une école qui a été installée dans une ZUP soit disant pour améliorer le cadre de vie des habitants et ouvrir le quartier sur l'extérieur. Résultat : les étudiants s'organisent pour venir en voiture ou galèrent des heures dans les bus... et les habitants résident toujours dans l'une des pires cités de france ; l'école fonctionne en autarcie, déconnectée du quartier... je ne voudrai pas ça à Rouen...

aldo 06/02/2006 19:29

la légitimité vient des urnes. Cela s'appelle la démocratie indirecte.
La médiathèque à Grammont c'est le programme de Pierre Albertini.
Les rouennais ont voté pour ce candidat et ce programme doit être réalisé.
Pour une fois qu'un Maire cherche à tout prix à réaliser ses promesses, chapeau bas ! Peu importe les arguments des deux parties (partis ?) qui sont tous justifiables et justifiés.

chouchou 06/02/2006 16:40

Merci Ludo. Je crois que nous nous somme compris.
Cordialement