Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portrait

Edgar Menguy

Conseiller Municipal de la ville de Rouen

Membre de l'UMP

Médecin réanimateur du CHU de Rouen

LA PERMANENCE VIRTUELLE

Vous êtes Rouennais et vous avez une question à me poser ou un problème que je peux vous aider à résoudre. Alors, n'hésitez pas ! Vous m'en faites part dans la boite à messages. Je vous donnerai la réponse et je la publierai sur ce blog afin que tout le monde puisse en profiter pour une expérience de démocratie locale en direct.

Boite à Messages

Retour à l'accueil
 

Recherche

Ce blog est un lieu de dialogue sur Rouen, la politique locale et nationale, l'Europe, l'urbanisme, l'environnement, les transports, la santé, la médecine, le sport, la culture, l'éducation et de façon générale sur tous les sujets d'actualité et de société.

Ecrivez-moi

Archives

Actualité

 

Vous voulez être informés
de la parution d'un nouvel article ?
 

Abonnez vous dans la rubrique newsletter ci-dessus
 
Edgar Menguy
 
 

 

Locations of visitors to this page

3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 17:01

Lors du conseil municipal d'hier soir, il est revenu à Guy Pessiot la tâche de présenter la délibération décidant de la destruction et de l'abandon de la médiathèque de Rouen.
Voici, mon intervention en réponse :

"Ce soir, je suis triste. Triste de constater que l'esprit de revanche peut faire faire de graves erreurs. C'est ce que vous allez faire ce soir.

Mr Pessiot, je vous aime bien.

Vous avez beaucoup écrit et produit sur Rouen et son histoire. Mais aujourd'hui, vous rentrez dans l'histoire de Rouen... mais par la petite porte. Et je ne suis pas certain que les historiens, vos successeurs gardent de cette soirée un souvenir très positif. Ils se demanderont comment une équipe municipale a bien pu arriver à commettre un acte aussi brutal incompréhensible que de détruire une médiathèque. Titre du chapitre : "Rouen, la ville où l'on a détruit une médiathèque" !!

Au-delà des postures et des positions de principe, je cherche à comprendre ce qui vous anime dans cette décision.

Le rapport qui soutient cette délibération est pour le moins confus.

En effet, après voir affirmé votre volonté de développer une politique d'accès à la lecture publique, vous cherchez à justifier votre décision en expliquant que la médiathèque à Grammont est contradictoire avec ce projet et puis qu'il ne faut pas faire de médiathèque du tout pour préférer un maillage de petites bibliothèques de quartier.

Votre présentation orale a également été confuse, embarassée. Vous avez cherché à nous démontrer qu'il n'y a pas assez d'habitants dans le quartier pour que vive cette médiathèque, montrant bien là votre absence de vision d'avenir. Pour vous les choses sont figées, le quartier, Rouen resteront telles que vous les connaissez aujourd'hui de façon définitive ! Quel manque d'espoir, de vision !

Vous nous expliquez ensuite que de toute façon c'est trop cher et que cela empêcherait de mener une vraie politique de lecture publique. Affirmation pour le moins péremptoire et qui nous laisse sur notre faim de savoir ce qu'est pour vous une vraie politique de lecture publique.

En ce qui concerne le coût vous ne nous donnez aucune information sur les démarches que vous avez pu entreprendre envers le conseil général ou la région et si vous les avez faites, les réponses que vous avez obtenues.

Vous énumérez enfin les différents marchés à résilier, ce qui est l'occasion de constater le nombre de passages de ce dossier devant le conseil municipal, son processus démocratique. Ces passages ont été autant d'occasions de débats autour du sujet et au cours desquels jamais personne n'a remis en cause le principe de doter Rouen d'une Médiathèque.

Car outre la méthode que vous utilisez de la décision brutale et autoritaire, de l'absence d'information des élus puisque nous n'avons pas été informé de cette délibération en commission générale et que nous l'avons reçues hors délais (ce qui motivera un recours de notre part), outre le gâchis financier que représente la démolition d'un bâtiment en cours de construction, ce qui me semble extrêmement choquant est ce revirement complet de la pensée qui vous fait rayer d'un trait de plume, près de 15 ans de réflexion, d'expertise autour de ce dossier.

Pendant de nombreuses années vous avez soutenu la nécessité du projet d'une médiathèque à Rouen. Ce projet a été construit sur vos orientations.

Puisqu'en février 2001, à la fin de la mission de programmation, vous aviez arrêté les orientations suivantes :

- La bibliothèque Villon doit être autre chose qu'un simple lieu réaménagé de consultation du patrimoine écrit....

- Le nouveau pôle est condamné à évoluer qualitativement et quantitativement vers une grande médiathèque d'Agglomération...

- La mise en réseau informatique des bibliothèques est une nécessité absolue

- Les annexes doivent être repensées dans le sens de véritables bibliothèques de proximité, plus limitées en nombre et en prenant acte de la nouvelle offre qui sera créée.

Nous avons suivi, en les amendant, ces orientations par respect du travail effectué et esprit de continuité du service rendu aux Rouennais.

Par la suite, dans plusieurs campagnes électorales, vous avez proposé de construire une médiathèque, sur plusieurs lieux d'ailleurs, montrant bien que le choix du site est obligatoirement objet de doute. J'ai toujours dit que ce doute était légitime. Mais j'ai toujours également penser que nous avions là probablement une occasion d'oser dans une politique municipale, de faire montre d'ambition et de courage.

Pendant votre campagne électorale municipale, jamais vous n'avez annoncé la démolition de la médiathèque. Il y a quelques semaines encore vous sembliez ne pas soutenir cette orientation dans un débat équivoque avec la Communauté d'Agglo. Puis finalement vous avez cédé.

Alors aujourd'hui, vous avez décidé. C'est tout simplement de l'abandon complet de création d'une Médiathèque à Rouen dont il s'agit.

C'est pour cela que je crois que vous nous entraînez vers une faute grave. Non seulement pour le projet en lui-même, pour l'image de la ville qui sera gravement ternie par votre décision mais aussi pour le contenu social et urbain d'un tel projet. Il se voulait  être un projet d'échanges sociaux, humains, urbains. Vous le ramenez vers un projet de repli des quartiers sur eux-mêmes, de coupure entre les rives de la Seine, de coupure entre les publics. Rouen souffre depuis longtemps de cette ségrégation entre les quartiers. Il y avait là l'occasion de faire évoluer la pratique sociale de la ville. Vous nous invitez à y renoncer pour revenir au statu quo.

Je crois qu'au delà de nos différences nous avons une responsabilité commune : celle de ne pas ruiner définitivement la crédibilité de la politique, celle de faire évoluer notre ville, celle de ne pas faire disparaître Rouen du paysage des grandes villes françaises.

Je vous demande donc très officiellement de reporter cette délibération et d'organiser au plus vite un groupe de travail pluraliste pour réorienter ce projet et réfléchir aux possibilités d'éviter l'acte irréparable que vous vous apprêter à commettre.

C'est un appel à la raison. Revoir votre décision est votre intérêt. C'est l'intérêt de la ville et des rouennais."

Il s'en est suivi un long débat au cours duquel les élus verts et communistes n'ont pu cacher leur désarroi face à cette décision contre nature. D'ailleurs que les socialistes rouennais ne viennent plus nous donner des leçons de mixité sociale et de cohésion des territoires !

Le tout a malheureusement été sanctionné par un vote de la majorité, restée sourde à tout argument, à toute demande de réflexion supplémentaire, pour décider de la destruction de la médiathèque et de l'abandon définitif d'un tel projet à Rouen.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar Menguy
commenter cet article

commentaires

Solente 21/07/2008 12:32

Mon avis sur la médiatèque :
Je reconnais que la manière de procéder de la majorité municipale est tout à fait répréhensible. Pas de concertation, pas de négociation, des contradictions avec des prises de position antérieures, une grande brutalité dont le caractère démagogique est évident. Les Rouennais auraient dû être consultés et associés à une telle décision. En outre des coûts ont été engagés et qui ne sont pas négligeables. Il ne fait aucun doute qu’il s’en suivra des conséquences dommageables pour la ville. Il y a certes beaucoup de raisons pour regretter cet abandon de la médiathèque. Et que peut faire sinon contester une municipalité qui a initié le projet ?
 
Ne doit-on pas pourtant regarder le futur de la ville à plus longue échéance et se poser la question de savoir si l’emplacement choisi était le plus approprié ? C’est une appréciation politique qui a donné lieu à un choix et à une décision ? Je ne sais pas dans quelle mesure les rouennais ont été associés à la décision. En tout cas pour ce qui me concerne, avec toutes les réserves concernant ma pertinence, et tous les inconvénients financiers, j’approuve à titre personnel l’abandon de cet investissement, à cause de son excentricité principalement, ce qui est un grave inconvénient dans une agglomération où la population est à peu près stagnante, et où les principaux établissements scolaires sont plutôt en centre ville.
 
Mon avis toujours personnel et en considération du long terme, est de placer cette médiathèque à l’Espace Monnet Cathédrale, quitte à modifier le plan de sauvegarde si les contraintes actuelles rendaient difficile cette opération. Par contre, je verrai assez bien la reconversion du projet actuel en université pour accueillir les facultés des lettres et des sciences ainsi que les bibliothèques universitaires.
 
Je ne me fais pas d’illusion quant au temps nécessaire, et aux difficultés politiques et administratives pour réaliser un tel projet. Mais toujours avec les réserves dues à une appréciation personnelle, ce me semble être la voie la plus sage et la plus ambitieuse, même si sa mise en œuvre pose des problèmes.

ghost of médiathèque 08/07/2008 11:55

Dans médiathèque, il y a "médias" donc il faut en informer un maximum histoire de coller la pression et de crier au grand jour le véritable visage du PS : http://www.lemonde.fr/poubelle/article/2008/06/30/abandon-du-chantier-de-la-mediatheque-de-rouen_1064545_609984.html

un habitante de la rive gauche 08/07/2008 11:38

Ce qu'il faut c'est organiser la mobilisation.Créer une association "apolitique" avec des membres des partis de tous horizons confondus, pour la défense de la médiathèque...Il faut distribuer des tracts informatifs sur le marché des emmurées le samedi matin, faire des seating sur le parc grammont, installer des banderoles sur le chantier, etc, etc...

John B 07/07/2008 12:44

La médiathèque ne correspondait pas aux besoins de ce quartier.Eh oui! Des années de contestation sur la construction de cette médiathèque : des pétitions, des manifestations, etc.Rouennaise et toujours étudiant, aucun accueil n'était accessible pour pouvoir disposer d'un endroit comme une bliothèque et ceux à cause de quoi ? A cause d'un projet qui ne correspondait pas à la majeure partie de la population Rouennaise. Choqué par ce manque de coordination, habitant sur Rouen, j'ai été amené à fréquenter des bibliothèques de d'autres communes de l'agglomération.La population a Grammont a besoin certes d'une bibliothèque mais pas d'une médiathèque qui s'adresse aux Elites. En rappelant qu'il faut d'abord permettre aux habitants de s'approprier l'accès à cet soi disant culture bien souvent accessible qu'à une minorité de la population.La construction d'un centre social ou d'un centre culturel aurait été plus judicieux et correspondrait plus aux besoins de la population.Enfin, je pense que la nouvelle municipalité a pour objectif de reconvertir ce bâtiment pour favoriser l'ouverture à la culture aussi éclectique qu'elle soit.

GRIGLIATTI GEORGES PAUL 05/07/2008 18:37

La décision qui a été prise par Madame le Maire est totalement irresponsable pour une élue , du jamais vu en France , même le front National ne s'y est jamais risqué..La décision est stupide car elle sent la revanche politique ; elle est injuste car elle prive ce quartier d'une dynamique dont il a bien besoin et elle est inique car elle va nous côuter 20 millions d'euros ..sans obtenir aucun avantage ..et mettre sur la paille 140 salariés.Il faudrait que Madame Le Maire qui aime bien le bain de foule ; aille expliquer à tous ces salariés le pourquoi de sa décision Quelle image est entrain de donner Madame Le Maire de cette belle ville de Rouen au moment où une superbe fête va se dérouler dans notre Ville , l'ARMADA L'ARMADA ce n'est pas votre oeuvre , vous n'avez rien créer d'aussi important !!!Alors Madame le Maire , réflécissez encore un peu , faites preuve de grandeur d'esprit pour tous les citoyens de cette ville , essayez d'être un peu "intelligente"Votre dogmatisme , vos idées doctrinaires ne vous feront pas grandir!!! Je suis triste devant ce nom respect de la démocratie et des décisions qui ont été prises par l'ancienne municipalitéIl est peut-être encore temps de faire marche arrière dans l'intérêt général de tous les rouennais