Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portrait

Edgar Menguy

Conseiller Municipal de la ville de Rouen

Membre de l'UMP

Médecin réanimateur du CHU de Rouen

LA PERMANENCE VIRTUELLE

Vous êtes Rouennais et vous avez une question à me poser ou un problème que je peux vous aider à résoudre. Alors, n'hésitez pas ! Vous m'en faites part dans la boite à messages. Je vous donnerai la réponse et je la publierai sur ce blog afin que tout le monde puisse en profiter pour une expérience de démocratie locale en direct.

Boite à Messages

Retour à l'accueil
 

Recherche

Ce blog est un lieu de dialogue sur Rouen, la politique locale et nationale, l'Europe, l'urbanisme, l'environnement, les transports, la santé, la médecine, le sport, la culture, l'éducation et de façon générale sur tous les sujets d'actualité et de société.

Ecrivez-moi

Archives

Actualité

 

Vous voulez être informés
de la parution d'un nouvel article ?
 

Abonnez vous dans la rubrique newsletter ci-dessus
 
Edgar Menguy
 
 

 

Locations of visitors to this page

5 avril 2006 3 05 /04 /avril /2006 10:52

Le taux de chômage dans les pays européens est en train définir une Europe à 2 vitesses.

En février 2006, les taux les plus bas ont été enregistrés en Irlande (4,3%), au Danemark et aux Pays-Bas (4,4% chacun), au Royaume-Uni (4,9% en décembre) et en Autriche (5,1%).

Les taux de chômage les plus élevés ont été observés en Pologne (17,0%), en Slovaquie (15,8%), en Grèce (9,6% au quatrième trimestre 2005), en France (9,1%) et en Allemagne (8,9%).

Ces chiffres ne sont pas le résultat de la fatalité. Il faut se donner les moyens d'éviter le double décrochage de la France : celui de l'Europe et celui de l'emploi.

La crise actuelle ne peut, à mon avis, ne trouver de solution qu'avec un regard beaucoup plus large. La France mérite mieux que le mirage d'un hypothètique "plan B" qui n'existe que dans l'esprit de ceux qui l'ont inventé ou qu'une crispation sans fin autour d'une mesure dont la forme maladroite a fait oublier la question de fond.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar Menguy - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Edgar Menguy 06/04/2006 18:49

Notre discussion correspond tout à fait à l'idée que je me fais de mon blog. Nous échangeons des idées. C'est fait pour cela.
Tes remarques sont tout à fait justes et pertinentes. Je ne critique pas le fait que des jeunes français aillent en Angleterre ou ailleurs. Le reste ne me choque pas non plus.
En revanche, je pense que ces données ne sont pas intégrées dans notre système et je crois que l'on aurait tout intérêt à le faire. Je pense en particulier aux jeunes non diplômés auxquels il faudrait permettre de profiter de ces évolutions.

Sylvain C. 06/04/2006 12:11

Ce n'est pas dans mes habitudes de me lancer dans un dialogue dans les commentaires d'un blog, mais une phrase m'a frappée dans ton commentaire : quand je vois les jeunes français diplomés partir travailler en Grande Bretagne et les retraités anglais venir s'installer en France.Je me permet quelques commentaires sur cette phrase :1. Ce sont essentiellement des diplômés qui partent outre-manche. Ils ne sont pas les principales victimes du chômage en France et sont souvent en recherche de procédures simples pour monter leur entreprise.2. La réciproque est vraie. De nombreux diplômés britanniques viennent également travailler en France (j'en connais)3. L'essaimage de nos diplômés ne doit pas être vécu comme une perte. C'est également une formidable opportunité pour notre pays et notre culture que de disposer de ces échanges. Peut-être pourrait-on mieux encadrer ces départs au travers d'une structure spécifique permettant retours d'expériences et formation...3. L'installation des retraités anglais en France est un phénomène pour partie lié à la mode, pour partie lié également à un avantageux taux de change entre £ et €. Outre qu'il ne concerne certainement pas l'anglais moyen, il peut être également vu d'un point de vue positif :- création de services spécifiques (et donc d'emplois) à destination de cette population particulière.- boom de l'artisanat local lié à la rénovation des habitations- ...Cela étant dit, j'ai eu le sentiment que tu cherchais à te défendre dans ta réponse précédente. C'est sans doute dû à une mauvaise rédaction de mon commentaire. Je profite donc de mon présent commentaire pour souligner que si je prend le temps de commenter certains de tes billets, c'est que je pense qu'il y a suffisamment d'ouverture d'esprit chez leur auteur pour intégrer mes suggestions.

chouchou 05/04/2006 20:00

Bonsoir Edgar,
Revenons à la question de fond, effectivement je pense que tu as raison.
 Escuses-moi, je suis critique ces derniers jours, c'est que la perspective de voir Nicolas Sarkozy en ministre bis, m'a un peu réveillé, je ne souviens jamais que tu es à l'UMP...
Tu as écrit :"la forme maladroite a fait oublier la question de fond", c'est vrai, cependant je ne pense pas qu'une forme aussi maladroite soit-elle n'ai autant de concéquences que celle que nous sommes en train de vivre. Faire descendre dans la rue près de trois millions de manifestants, qu'on soit pour ou qu'on soit contre, c'est pas maladroit à ce niveau-là, c'est catastrophique..
Et nos institutions, sont en crises, elles l'étaient déjà, mais là c'est la cata, on a deux premier ministres.. dont un, Nicola, chef d'un groupe politique, qui prend le rôle et la mission dévolue à un chef de gouvernement, c'est exemplaire sous la cinquième..
Bien, pour ce qui concerne le fond, il serait souhaitable d'en venir à cette grande concertation, ce dialogue, qui n'a jamais eu lieu, en sachant qu'une loi l'y obligeait, celle de Fillon...
Mettre en chantier, c'est la tentation de Nicolas Sarkozy effectivement, sans tabous.

Edgar Menguy 05/04/2006 11:57

D'accord avec vous.
Ces chiffres ne sont pas une fin en soi mais ils ont le mérite de nous forcer à regarder ailleurs. Après, on peut choisir de faire comme les autres ou de faire autrement. La Grande Bretagne n'est pas un paradis et chaque pays a ses spécicités. Il y a quand même des choses qui marchent partout et d'autres non. Et je me pose des questions quand je vois les jeunes français diplomés partir travailler en Grande Bretagne et les retraités anglais venir s'installer en France.
Je suis bien d'accord que c'est le moment de poser des questions comme l'inadéquation de l'offre et de la demande d'emploi ou de services. Doit-on continuer à laisser les jeunes s'engouffrer dans des impasses ? Est-il raisonnable de laisser des secteurs (batiment par exemple) en difficulté pour trouver de la main d'oeuvre ? Doit-on laisser s'accroitre le fossé entre jeunes diplômés et non diplômés ?
C'est le sens de mon propos qui n'est pas de vanter ce qui se passe ailleurs de façon simpliste. Mon invitation est que tous ensemble nous nous posions les bonnes questions.

Sylvain C. 05/04/2006 11:40

D'accord pour travailler sur le fond. Commençons donc par éviter de résumer la question de l'emploi à celle du taux de chômage. Comparer les taux des pays européens entre eux à très peu de sens, même entre des pays où les taux sont bas : - la grande bretagne, royaume du "petit-boulot" où près de la moitié des sans-emplois ne sont pas intégrés aux statistiques et où le travail au noir est une quasi institution.- les pays-bas, dont la population est faible et qui du fait de sa situation a développé depuis très longtemps une stratégie de postionnement particulière concernant l'emploi.La tentation est grande de se concentrer sur ces chiffres, c'est plus simple à régler. Le gouvernement actuel s'y emploie, qui radie à tour de bras des chômeurs pour en faire des ocni (objets chômants non-identifiés).En revanche, mener une réflexion sur les salaires (et la justification de leurs écarts), sur la place des entreprises et leur rôle vis à vis de la société, sur les besoins de services de nos concitoyens permettrait :- de trouver la main d'oeuvre qui fait défaut sur les emplois difficiles à pourvoir.- de définir de nouvelles règles d'harmonie entre la société et ses entreprises (sans doute au détriment de certains actionnaires)- de créer de nouveaux emplois et de nouvelles qualifications...Ce ne sont que quelques pistes au hasard, des dizaines d'autres sont envisageables si on prend un peu de hauteur. Mais de grâce sortons des chiffres, qui pourraient nous faire croire que le Royaume Unis est le vert paradis auquel nous aspirons tous...