Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portrait

Edgar Menguy

Conseiller Municipal de la ville de Rouen

Membre de l'UMP

Médecin réanimateur du CHU de Rouen

LA PERMANENCE VIRTUELLE

Vous êtes Rouennais et vous avez une question à me poser ou un problème que je peux vous aider à résoudre. Alors, n'hésitez pas ! Vous m'en faites part dans la boite à messages. Je vous donnerai la réponse et je la publierai sur ce blog afin que tout le monde puisse en profiter pour une expérience de démocratie locale en direct.

Boite à Messages

Retour à l'accueil
 

Recherche

Ce blog est un lieu de dialogue sur Rouen, la politique locale et nationale, l'Europe, l'urbanisme, l'environnement, les transports, la santé, la médecine, le sport, la culture, l'éducation et de façon générale sur tous les sujets d'actualité et de société.

Ecrivez-moi

Archives

Actualité

 

Vous voulez être informés
de la parution d'un nouvel article ?
 

Abonnez vous dans la rubrique newsletter ci-dessus
 
Edgar Menguy
 
 

 

Locations of visitors to this page

12 avril 2006 3 12 /04 /avril /2006 11:43
Des experts de l’OCDE viennent de présenter une radiographie en 150 indicateurs de ses 30 pays membres. « Une radiographie qui permet notamment de mieux comprendre le malaise de la jeunesse dans certains pays comme la France », explique Enrico Giovannini, principal auteur du « Factbook 2006 ».
L’indice d’inactivité des jeunes classe la France parmi les mauvais élèves des pays de l’OCDE, avec un taux de 7 %. « La Turquie affiche 7,5 % et l’Italie 9 %, alors que la moyenne de l’OCDE est de 5,6 %, précise Enrico Giovannini. Si les jeunes ne sont ni employés, ni à l’école, il y a de bonnes raisons de se faire du souci pour leur bien-être actuel et leurs perspectives d’avenir. »
D’autres chiffres sont la confirmation que les indicateurs du marché du travail des jeunes en France sont dans le rouge. Ainsi, le taux d’emploi des 15-24 ans est, avec 26,4 %, l’un des plus bas des pays membres de l’OCDE.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar Menguy - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Jean-Pierre 12/04/2006 19:12

Les jeunes doivent aussi compter sur la dette qu'ils auront à rembourser.
Ils n'ont pas de quoi se réjouir.

MERENGUE 12/04/2006 18:04

Ségolène Royal n'avance plus cachée. Ses interventions télévisées, dans la presse écrite et même dans des tchats s'accélèrent subitement. Cette candidate des sondages, alibi féminin de la catastrophe socialiste, a donc lancé son site Internet "Désirs d'avenir" comme nous l'annoncions depuis quelques semaines. Ce site s'est développé sans bruit et aujourd'hui, Mme Royal en parle et en fait de la publicité.
A l'instar de ces collègues socialistes, Mme Royal a un discours qui tourne vite en rond et se noit dans des généralités pompeuses et fades. Notre nouvelle rubrique "Harlem Désirs d'avenir" va suivre les arguments de la reine des sondages qui s'est maintenant pris pour objectif d'écrire un livre sur le net ( sic quelle nouvelle littérature !! ).
Le chapitre du jour est donc consacré à la démocratie participative, la tarte à la crème de Mme Royal, le leurre Poitou-Charentais pour tenter de faire croire aux Français qu'ils vont influer sur les politiques à venir. Démontage royal :
1.L'effacement du politique : Mme Royal a oublié ses cours de facs. En effet, elle n'est pas sans savoir que les personnes ont des besoins vitaux essentiels à satisfaire ( pyramide de Maslow ). La préoccupation première de la majorité de nos concitoyens n'est pas de fournir des idées aux hommes politiques car c'est à eux de présenter les leurs afin que les citoyens puissent subvenir à leurs besoins vitaux. Cet effacement du politique pourrait êter considéré comme une marque de faiblesse, un désert d'idées. L'écoute est importante mais ne se prononcer sur aucun programme en démarrant par cette méthode de consultation, cela laisse dubitatif.
2.La démocratie participative par l'Internet : Mme Royal considère son site comme un "forum participatif" et elle va même y écrire un livre avec l'aide des connectés. Alors, Mme Royal quid des Français qui n'ont pas Internet ? L'Internete st un lieu froid et impersonnel qui ne permet pas de humer toutes les difficultés de nos compatriotes. Rien ne vaut les campagnes, les réunions sur le terrain. Si Mme Royal veut gagner sa place, va falloir aller au charbon et silloner la France pour comprendre l'Etat du pays ; on en est loin derrière un écran d'ordinateur ou un plateau télévisé.
3.La démocratie participative est un leurre : la démocratie participative est un leurre qui se heurte à la subjectivité de tout individu. Mme Royal ne nous a pas précisé pour l'instant qu'elle se libérait du parti auquel elle est affiliée. Il est évident que si des arguments se dégageaient allant contre l'idéologie dominante de son parti, ils ne seraient pas retenus par la chantre de la démocratie participative. La démocratie participative à l'état pur implique trop de lourdeur, de contradictions et se confronte à la subjectivité politique. Par ailleurs, pour gouverner, Mme Royal s'entourera de bureaucrates soucieux de l'intérêt général qui auront vite fait de balayer nos désirs d'avenir d'un revers de la main. ( on peut désirer ardemment ne pas payer d'impôts mais cela est incompatible avec nos déficits )
4.Démocratie participative et démocratie représentative : Mme Royal ne nous a pas encore parler de sa vision du référendum. Sauf, l'année dernière, lors du débat sur la Constitution Européenne où elle s'était vautrée nous parlant d'un référendum d'initiative populaire ( alors que c'était un droit de pétition uniquement ). Si l'on suit son raisonnement jusqu'au bout, Mme Royal devrait nous proposer de remettre en valeur le référendum. Mais quand on exerce le pouvoir, on ose plus le remettre en cause en consultant le peuple. Consulter sur des idées sur Internet c'est bien, la consultation de tous les Français c'est mieux du moins de notre point de vue. Les Français ont la possibilité de s'exprimer à chaque élection ( démocratie représentative ) devant les programmes proposés, n'est-ce-pas là la vraie démocratie ? Alors, Mme Royal, pour les référendums on y va ou pas ?
Suite au prochain numéro et prochaine mise à jour du site de Mme Royal.