Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portrait

Edgar Menguy

Conseiller Municipal de la ville de Rouen

Membre de l'UMP

Médecin réanimateur du CHU de Rouen

LA PERMANENCE VIRTUELLE

Vous êtes Rouennais et vous avez une question à me poser ou un problème que je peux vous aider à résoudre. Alors, n'hésitez pas ! Vous m'en faites part dans la boite à messages. Je vous donnerai la réponse et je la publierai sur ce blog afin que tout le monde puisse en profiter pour une expérience de démocratie locale en direct.

Boite à Messages

Retour à l'accueil
 

Recherche

Ce blog est un lieu de dialogue sur Rouen, la politique locale et nationale, l'Europe, l'urbanisme, l'environnement, les transports, la santé, la médecine, le sport, la culture, l'éducation et de façon générale sur tous les sujets d'actualité et de société.

Ecrivez-moi

Archives

Actualité

 

Vous voulez être informés
de la parution d'un nouvel article ?
 

Abonnez vous dans la rubrique newsletter ci-dessus
 
Edgar Menguy
 
 

 

Locations of visitors to this page

16 mai 2006 2 16 /05 /mai /2006 23:16

Le Sénat vient d'adopter une proposition de loi tendant à promouvoir "l'autopartage".

Les expériences d'autopartage qui existent déjà dans plusieurs grandes villes françaises, et en particulier à Paris et Strasbourg, permettent une réduction de la pollution automobile et une diminution de l'espace urbain consacré au stationnement, et contribuent à une amélioration de la fluidité des circulations sur la voirie.

L'autopartage consiste, pour une société ou une association, à mettre plusieurs automobiles à la disposition d'abonnés ou de porteurs de parts de la société pour de courtes durées.

La proposition de loi adoptée prévoit :

- que les collectivités locales puissent disposer des moyens de soutenir l'autopartage.

- que les villes peuvent réserver des emplacements de stationnement pour les véhicules d'autopartage sur la voie publique ou dans tout autre lieu de stationnement ouvert au public.

- et que soit complété l'article L. 123-1-2 du code de l'urbanisme pour prévoir que le plan local d'urbanisme puisse autoriser un nombre de places inférieures dès lors qu'une partie d'entre elles est réservée aux véhicules labellisés « autopartage ».

Ce système entre propriété individuelle, coûteuse pour son propriétaire et consommatrice d'espace urbain, et location, mal adaptée à un usage urbain de courte durée, me semble intéressant.

J'aimerais bien avoir votre avis sur l'opportunité de développer cette idée à Rouen.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar Menguy - dans Urbanisme
commenter cet article

commentaires

rent m 28/04/2017 16:44

merci pour ces petits détails sur l'autopartage

Le Politoscope 17/05/2006 21:53

Cet article a été référencé sur LePolitoscope.net

chouchou 17/05/2006 14:45

Bonjour,
C'est une excellente proposition de Loi,
Comme il est fait référence, dans certains commentaires, cette expérience est déjà en application dans d'autres villes, pourquoi pas à Rouen?
J'avoue qu'à titre personnel "utilisatrice des transports en commun, adepte du VTT, de la marche à pieds" , j'en serai ravie.
De plus le terme même "écopartage" porte en lui, les germes d'une éco, citoyenneté à partager.. mais là, je ne suis pas spécialiste...
 

Peggy 17/05/2006 14:26

Bonjour,
J'ai découvert le principe de l'auto-partage lors d'un court séjour à Strasbourg, il y a quelques années, à l'occasion d'une exposition sur les nouvelles mobilités urbaines. Inutile de préciser que j'ai été immédiatement séduite par ce complément parfait à un réseau de transports en commun dense, efficace et adapté aux besoins de la population strasbourgeoise ... Depuis, j'ai découvert que l'auto-partage était très répandu en Allemagne et dans les pays d'Europe du nord, mais très peu en France, et pas du tout à Rouen (à mon grand désespoir! - après quelques recherches, j'avais envoyé un courrier à Rouen Magazine, mais ils avaient confirmé mes craintes).
Selon moi, l'auto-partage est une réponse idéale pour tous ceux qui n'ont pas besoin quotidiennement de leur voiture mais ne peuvent (ou ne veulent) se passer totalement de la mobilité offerte par celle-ci. C'est également une solution qui permet de remettre la voiture à sa place, celle d'un mode de transport parmi d'autres, inadapté à la ville mais adapté à d'autres usages (ballade sur la côte normande, visite à des proches qui habitent en milieu rural ou semi-rural ...). Pour le citoyen, elle offre les avantages de la voiture (mobilité quasi-totale grâce à des véhicules disponibles 24h/24 dans des lieux facilement accessibles - à Rouen, on pourrait imaginer placer les véhicules dans le parking du Mont-Riboudet, par exemple) sans ses inconvénients (coût fixe très élevé, problèmes récurrents de stationnement). Pour la communauté, elle offre l'avantage de réduire considérablement le nombre de véhicules en stationnement et en circulation (de la même manière que la possession d'un véhicule en entraine l'usage, pas toujours à bon escient, sa non-possession entraine l'usage d'autres modes de transport). La seule condition de la réussite de l'auto-partage est la présence d'un réseau de transports en commun adapté, sur lequel Rouen a quelques progrès à faire (en termes de fréquence, d'amplitude horaire, de couverture du territoire, de correspondances avec le train ou le vélo ...), et un changement d'état d'esprit (au pays de la voiture reine).
Je vous invite à consulter le site web http://auto.partage.free.fr/ qui est extrêmement complet sur le sujet. On y retrouve les différentes villes où ce concept est implanté et une analyse intéressante de l'exemple strasbourgeois. On y voit notamment que les premiers utilisateurs étaient des militants purs et durs (qui ne possédaient pas de voiture avant), suivis par des clients plus classiques (qui possédaient un véhicule avant) qui trouvent l'auto-partage pratique et financièrement avantageuse.
Peggy

Sylvain C. 17/05/2006 10:31

Le système traditionnel de location ne fonctionne pas pour trois raisons essentielles :- la culture de l'auto personnelle est fortemment ancrée dans les esprits et les lobbies automobiles travaillent à la perpétuer - il est très peu souple (formalités administratives, véhicule à rendre où on l'a pris...) - il est couteuxLa mise en place de systèmes de location est envisageable à condition de travailler sur plusieurs axes :1. Le coût du service : Comment assure-t-on la pérennité financière d'une location d'automobile ? Les collectivités ont-elles vocation à participer ?...2. La qualité du service : localisation des points d'emprunt et de retour, facilité d'emprunt (abonnements), agrément et confort des véhicules, guidage gps3. La communication : sur les base précédente, mettre en valeur l'économie réalisée par la non-possession d'un véhicule, la souplesse d'utilisation...J'invite tous les lecteurs à découvrir un projet français sur le sujet http://www.clean-auto.com/article.php3?id_article=531.Par ailleurs, on peut espérer que Rouen se mette à aimer le vélo et développe un système de vélos en libre service comme à Lyon http://www.grandlyon.com/velo-v.1503.0.htmlEnfin, c'est rarement évoqué, mais moyennant une réflexion sur les coûts et le financement, l'utilisation "massive" des taxis est une piste intéressante.