Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portrait

Edgar Menguy

Conseiller Municipal de la ville de Rouen

Membre de l'UMP

Médecin réanimateur du CHU de Rouen

LA PERMANENCE VIRTUELLE

Vous êtes Rouennais et vous avez une question à me poser ou un problème que je peux vous aider à résoudre. Alors, n'hésitez pas ! Vous m'en faites part dans la boite à messages. Je vous donnerai la réponse et je la publierai sur ce blog afin que tout le monde puisse en profiter pour une expérience de démocratie locale en direct.

Boite à Messages

Retour à l'accueil
 

Recherche

Ce blog est un lieu de dialogue sur Rouen, la politique locale et nationale, l'Europe, l'urbanisme, l'environnement, les transports, la santé, la médecine, le sport, la culture, l'éducation et de façon générale sur tous les sujets d'actualité et de société.

Ecrivez-moi

Archives

Actualité

 

Vous voulez être informés
de la parution d'un nouvel article ?
 

Abonnez vous dans la rubrique newsletter ci-dessus
 
Edgar Menguy
 
 

 

Locations of visitors to this page

22 avril 2005 5 22 /04 /avril /2005 00:00

Je livre à votre réflexion un article du Times déniché par Bernard Deladerriere.

 

Le titre est éloquent : «Why I say oui to a French no »

L’auteur, Anatole Kaletsky, principal éditorialiste économiste et éditeur associé du London Times, est très en vogue dans le milieu économique et financier anglo-saxon.

Il nous explique avec délectation « Pourquoi il dit oui à un Non Français ».

"La victoire du Non en France serait un coup d'accélérateur pour la libéralisation de la France et de l'Europe - libéralisation économique et politique. La victoire du Non en France sonnerait la mort de la Constitution et donc de l'exception européenne. Car c'est une illusion, estime le commentateur du Times, une illusion de croire que la France et l'Europe ont un modèle social qui n'a pas besoin de suivre les lois de l'économie. Des lois qui s'appliquent dans le reste du monde. Une victoire du Non en France obligera les Européens à réaliser que leur bien-être dépend des performances de l'économie ".

A méditer par ceux qui nous expliquent qu’il faut voter Non pour combattre le libéralisme !

L’équation est simple pour les ultra-libéraux : pas de constitution, c’est pas de construction de l’Europe politique et pas d’Europe politique c’est aucune entrave aux lois du marché.

Est-ce bien cela que veulent les partisans du Non ? En tous cas visiblement, les libéraux anglais en rêvent ! Je ne sais pas ce que vous en pensez mais en ce qui me concerne je n’ai pas envie de leur donner raison.

Car la noblesse de la politique, c’est justement de garantir des équilibres. Et pour cela il faut savoir s’en donner les moyens : La Constitution en est un.

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Europe
commenter cet article

commentaires

borneo 24/04/2005 13:42

Un élu qui se met à blogger de façon somme toute trés personelle, voire intime, ne peut pas être fonciérement mauvais !