Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portrait

Edgar Menguy

Conseiller Municipal de la ville de Rouen

Membre de l'UMP

Médecin réanimateur du CHU de Rouen

LA PERMANENCE VIRTUELLE

Vous êtes Rouennais et vous avez une question à me poser ou un problème que je peux vous aider à résoudre. Alors, n'hésitez pas ! Vous m'en faites part dans la boite à messages. Je vous donnerai la réponse et je la publierai sur ce blog afin que tout le monde puisse en profiter pour une expérience de démocratie locale en direct.

Boite à Messages

Retour à l'accueil
 

Recherche

Ce blog est un lieu de dialogue sur Rouen, la politique locale et nationale, l'Europe, l'urbanisme, l'environnement, les transports, la santé, la médecine, le sport, la culture, l'éducation et de façon générale sur tous les sujets d'actualité et de société.

Ecrivez-moi

Archives

Actualité

 

Vous voulez être informés
de la parution d'un nouvel article ?
 

Abonnez vous dans la rubrique newsletter ci-dessus
 
Edgar Menguy
 
 

 

Locations of visitors to this page

30 mai 2005 1 30 /05 /mai /2005 00:00

Nous avons maintenant la réponse... même si tout le monde n'était pas d'accord sur la question. C'est NON.

De cette réponse, il faut maintenant tirer des enseignements et réorienter notre politique. L'un des points positifs de ce vote est, qu'il me semble, que la grande majorité des français s'est affirmée pro-européenne. Au vu du résultat, les français doivent maintenant logiquement s'investir fortement (et plus que les autres) dans la construction de l'Europe.

Outre l'indispensable recentrage de la politique socio-économique nationale, ce vote amène également à proposer plusieurs pistes de réflexions :

- cesser de faire porter à l'Europe tous les maux dont notre manque de courage nous empêche de dire qu'il s'agit en fait de problèmes nationaux

- donner aux jeunes des raisons d'espérer et d'avoir confiance en l'avenir

- réfléchir à la création de partis politiques trans-nationaux. Le positionnement opposé d'un pays à l'autre de partis se réclamant de la même idéologie et parfois portant le même nom donne l'impression d'une véritable cacophonie. Les partis ont pour mission d'être l'avant-garde des décisions politiques. Rien ne se fera si ils ne se réapproprient pas cette mission dans un cadre qui corresponde aux questions du moment.

Premières pistes ! D'autres vont probablement émerger dans les semaines qui viennent. Le débat est ouvert.

Partager cet article

Repost 0
Published by Menguy - dans Europe
commenter cet article

commentaires

AG 31/05/2005 21:18

Cher monsieur,

Bel article constructif que ce NOUVELLE DONNE, en cette période d'après élection, et en particulier ce point qui motive mon mail :

"- donner aux jeunes des raisons d'espérer et d'avoir confiance en l'avenir".

Je suis les travaux de JP Wilmotte depuis des années, ce qui m'a conduit à votre site. Voyez comment Wilmotte par sa Fondation d'Entreprise s'intéresse aux jeunes créateurs.

Je connais le monde de l'Urbanisme, de l'architecture, du design. Egalement celui de la vie des institutions communales... (mais ne suis pas JEUNE, et ne parle donc pas pour mon compte).

Je remarque que les Villes (ce doit être le cas de Rouen) "regorgent" de jeunes créateurs, des gens passionnés par l'urbain.

Ma question, sous forme de proposition, dans le cadre de votre domaine de compétence : Les communes, ou agglomérations de communes, ne pourraient-elles s'entourer de ces jeunes, en offrant des occasions d'interventions, de réflexions, d'accompagnements, en parallèle des Grands Projets d'urbanisme ?

Je ne pense pas à tels ou tels petits aménagements, décoration de halls d'immeubles, animations de rue, etc...

Il s'agit plutôt de s'appuyer sur les capacités de ces créateurs à "voir" et "proposer" qui sont "étonnantes", au sens propre, c'est à dire susceptibles de VOUS étonner, de VOUS donner un regard renouvelé sur VOTRE ville.

En "confiant" à ces créateurs (photographes, vidéastes, plasticiens, jeunes architectes et même ... écrivains) l'autonomie d'études, d'expositions, de propositions, sur des domaines convenus avec eux, l'urbanisme prendrait en compte des dimensions sensibles à des échelles proches des habitants.

La logique consisterait à "leur faire confiance" pour "montrer" leurs façons de "voir", et de la sorte, puiser dans leurs créativité pour renouveler le regard, et donc inspirer des projets que l'on n'aurait pas imaginés (ou éviter des erreurs).

Bref, s'entourer d'"yeux sensibles" pour développer son propre regard (celui des élus, des habitants, mais aussi des services d'urbanisme et des architectes chargés des projets etc) et ce, pour des budgets de quelques milliers d'Euro ...

J'ai manqué, jeune architecte, de ces possibilités de "montrer" ce qui me semblait l'évidence (Wilmotte vous parlerait mieux que moi de ce "regard" sur la ville) et vois aujourd'hui seulement se concrétiser des champs de projets urbains qui me semblaient déjà urgents.

Je suis sûr que l'époque se prête mieux aujourd'hui à ce type de collaboration d'une commune avec ses "artistes", grâce à la disponibilité de technologies à portée de tous : Internet, Ordinateurs, Vidéo etc.

Une ville peut tirer un grand profit pour son "identité" de cette confiance placée dans ses "créateurs", sans parler de l'énergie qui en découlerait pour tous : pour ces jeunes gens, pour les habitants, pour vous. Il s'agit bien là d'une question politique !

J'imagine votre calendrier assez chargé, et ne développe donc pas plus ce mail déjà long.

Confiant dans l'esprit de la Nouvelle Donne,

Sincèrement

AG

Michel Solente 31/05/2005 10:13

Il y a effectivement des points positifs.1/ Le premier est que le peuple français et par boule de neige les peuples des autres nations se sont intéressés à l'Europe qui fera maintenant inéluctablement partie des propositions de nos candidats aux diverses consultations.2/ Les taux de participation, nettement supérieurs à ceux des autres consultations marquent combien les français apprécient la démocratie directe. En l'occurrence, et aussi compte tenu des résultats, ils ont marqué leur désaffection pour leurs représentants politiques. Ils semblent en avoir assez qu'on décide des grandes orientations ou réformes ou projets sans les consulter. Les fréquentes manifestations de rue en sont également une expression.3/ Les partis sont souvent considérés comme des organismes gérés par des confréries d'élus dont le souci principal est celui de l'élection avant celui de l'intérêt général, d'où souvent le verrouillage de la base par le haut. Par contre, lors du référendum, les missions d'explication ont été parfaitement remplies d'un côté comme de l'autre. Ceci sans doute parce qu'ils n'étaient pas maîtres du jeu.4/Le pouvoir en place qui s'était fortement engagé et qui a souffert d'un désaveu flagrant est rappelé au souci nécessaire de la démocratie. Saura-t-il en tirer les conséquences ?Ceci dit, bien sûr qu'il faut être optimiste. L'avenir est devant et il y a encore de grandes choses à faire dans notre ville, en France, en Europe et aussi envers les pays qui souffrent. Souhaitons des politiques à la hauteur des défis.