Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portrait

Edgar Menguy

Conseiller Municipal de la ville de Rouen

Membre de l'UMP

Médecin réanimateur du CHU de Rouen

LA PERMANENCE VIRTUELLE

Vous êtes Rouennais et vous avez une question à me poser ou un problème que je peux vous aider à résoudre. Alors, n'hésitez pas ! Vous m'en faites part dans la boite à messages. Je vous donnerai la réponse et je la publierai sur ce blog afin que tout le monde puisse en profiter pour une expérience de démocratie locale en direct.

Boite à Messages

Retour à l'accueil
 

Recherche

Ce blog est un lieu de dialogue sur Rouen, la politique locale et nationale, l'Europe, l'urbanisme, l'environnement, les transports, la santé, la médecine, le sport, la culture, l'éducation et de façon générale sur tous les sujets d'actualité et de société.

Ecrivez-moi

Archives

Actualité

 

Vous voulez être informés
de la parution d'un nouvel article ?
 

Abonnez vous dans la rubrique newsletter ci-dessus
 
Edgar Menguy
 
 

 

Locations of visitors to this page

28 octobre 2006 6 28 /10 /octobre /2006 14:30
Dans chaque élection, il y a des candidats qui posent des bonnes questions mais qui y apportent des mauvaises réponses. C'est le cas, cette fois-ci, pour Ségolène Royal avec son idée invraisemblable de jurys populaires !

Oui, la démocratie est en crise, ou peut-être plutôt en mutation, dans notre pays.
Oui, il faut renforcer la démocratie participative et l'implication des citoyens dans la vie politique.
Oui, enfin, il faut instaurer plus de transparence et de proximité dans les décisions publiques.

Mais toute mesure visant à créer une défiance vis à vis des élus ne pourra que créer un climat contraire à ces objectifs. Comment les "jurys Ségopopulaires", dont on ne comprend pas très bien le fonctionnement, pourraient-ils répondre à ces attentes ? La démocratie a besoin de confiance.

Les élus sont dans leur immense majorité quotidiennement sur le terrain et s'attachent à répondre de leur mieux aux besoins de leurs concitoyens. Plutôt que de contrôle et de suspicion, ils ont besoin d'être aidés et confortés dans leur rôle souvent difficile.
Ils ont besoin également de temps. Les projets prennent de plus en plus de temps à être mis en oeuvre et réalisés. Il est normal de rendre compte de son action à intervalles réguliers. C'est le rôle de l'élection. Je ne suis pas sûr qu'instaurer une remise en cause permanente n'aboutisse pas à un blocage complet et finalement à l'immobilisme. Est-ce l'intérêt des citoyens ?

Plutôt que cette bizarrerie démagogique, j'aimerais voir les candidats à l'élection présidentielle prendre position sur des mesures qui pourraient contribuer à un meilleur fonctionnement de notre démocratie :
- l'instauration d'un véritable statut de l'élu. Nombre d'élus locaux sont obligés de mener de front de multiples activités, d'assumer des charges lourdes au détriment de leur vie personnelle et professionnelle. Ne faut-il pas les aider ? Leur donner les moyens d'être plus disponibles ?
- la création d'un dispositif de référendum d'initiative populaire. Il a souvent été évoqué mais jamais vraiment mis en place. Le temps  est venu d'en faire  un outil opérationnel de la démocratie.
- l'utilisation des nouvelles technologies. Un très grand nombre de foyers français est aujourd'hui connecté à Internet. Le nombre augmentera encore et des facilités doivent être données pour permettre  l'accès de tous. Toutes les décisions publiques devraient être mises en ligne de façon interactive sur Internet. Il faut aller beaucoup plus loin dans ce domaine. Internet est un outil de partage et de débat, "une place publique". Il faut en faire un outil de la démocratie.

Et puis, au-delà de tout cela, j'invite tous les élus à ouvrir un blog. Tous les élus bloggeurs, en tous cas ceux qui tiennent eux-même leurs blogs, ont fait l'expérience de l'enrichissement des projets évoqués par les commentaires et les emails des lecteurs.
C'est certain. Je préfère l'état d'esprit de la blogosphère à celui de ces jurys populaires !

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar Menguy - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Edgar Menguy 03/12/2006 16:40

Merci pour cette contribution très intéressante

Legrand Jean Paul 03/12/2006 16:29

Jurys populaires et démocratie participative
Il est important de clarifier le concept de "démocratie participative" car aujourd'hui on dit tout et son contraire à ce propos, c'est un peu l'auberge espagnole. Première remarque, il ne devrait pas être nécessaire d'employer ce terme de "démocratie participative" car la démocratie est par essence participative. Il s'agit donc, du point de vue purement linguistique, d'un pléonasme. Cependant sur le plan politique, ce concept répond à une nécessité profonde de changer le rapport des citoyens à la politique telle qu'ils la vivent aujourd'hui.C'est bien parce que les citoyens sont la plupart du temps exclus des décisions politiques, ou qu'ils ne sont que rarement consultés sauf lors des élections, qu'il y a un sentiment général d'un manque démocratique, d'un défaut de démocratie.En effet, dans cette société les gens sont davantage considérés comme des consommateurs que des citoyens. Et quand ils ne peuvent pas consommer, ils ne sont pas considérés du tout, ils n'ont presque pas de droits tout simplement parce qu'ils n'ont pas ou peu d'argent et/ou qu'ils n'ont pas d'emploi (droit à la santé, droit de se loger, droit de se déplacer, droit de travailler, droit de s'alimenter, droit de s'éduquer etc...autant de droits qui deviennent payants ou qui sont de plus en plus chers dans une société capitaliste). Sur les lieux du pouvoir ou du travail, les gens ne sont pas ou très peu consultés et quand ils le sont c'est extrêmement cadré et canalisé, seulement sur certains sujets qui ne sont pas choisis par les gens eux-mêmes mais par les dirigeants ou les décideurs.Pour moi mais aussi pour beaucoup de gens de gauche la démocratie participative, c'est surtout l'action pour créer des moyens, voir des institutions qui permettent aux gens de maîtriser de A à Z un processus de décision, d'y être associés, d'y collaborer, voire de le créer.Je suis contre les jurys populaires. Car cette conception signifie, qu'il y aurait d'un côté les élus et de l'autre les citoyens. Avec les jurys populaires, les élus seraient des spécialistes de la politique, ils entreprendraient à eux seuls la politique et les citoyens seraient là pour sanctionner seulement ! Ce serait aller encore plus dans le sens de la spécialisation de la politique par une minorité d'initiés, de sa professionnalisation alors qu'il faut qu'elle devienne une pratique sociale généralisée ouverte à tous les citoyens. Mme Royal propose en fait de poursuivre ce qui existe déjà en donnant aux citoyens un rôle de sanction mais non de réelle participation. Un jury qui sanctionnerait serait encore plus restreint que ce qui existe déjà avec le suffrage universel. Le suffrage universel est la sanction républicaine du jury populaire qu'est le peuple à l'échelle de la nation. Mme Royal n'invente rien. Quant à la suggestion de filmer les débats on reste encore dans le spectacle, le citoyen n'étant pas acteur mais encore et toujours spectateur.Il faut que les élus rendent compte de leur action tout au long de leur mandat , et pas seulement à son terme, et associent les citoyens au processus qui conduit les élus jusqu'à la décision par le vote de l'instance élue. Par exemple que font les maires pour que sur chaque dossier concernant leur ville les citoyens concernés puissent travailler ensemble et avec les élus pour élaborer la décision qui sera prise au conseil municipal. Même question pour les autres niveaux comme le département, la région, la nation, l'Europe.Il s'agit donc de créer de nouvelles institutions qui permettent aux citoyens de participer pour aider les élus à prendre des décisions qui vont dans le sens de l'intérêt général. Il s'agit pour les responsables politiques d'accepter d'être remis en cause, de favoriser la rencontre et le travail des citoyens pour qu'un dossier puisse être enrichi de leurs apports. Bien des lois pourraient être plus justes et correspondre davantage à l'attente des gens si les députés dans chacune de leur circonscription invitaient les citoyens à élaborer les textes avec eux. Autrement dit la démocratie représentative doit être revivifiée par la démocratie participative. Mais pour cela il faut dégager des moyens financiers pour créer des institutions de base permettant aux citoyens d'intervenir, de participer aux réunions et de se former. Il faut qu'à l'entreprise, les chefs d'entreprises changent de culture et voient dans la citoyenneté des salariés un atout pour l'économie, un plus pour l'intelligence collective et pour l'entreprise elle même, une richesse par l'élévation du niveau de connaissances des travailleurs. Comme il faut aussi créer un véritable statut de l'élu qui permette aux élus qui travaillent, qui sont salariés, de se libérer pour participer aux réunions et pour se former égalementCar il faut non seulement pouvoir avoir du temps pour aller aux réunions mais aussi il est nécessaire pour chaque citoyen de pouvoir se former à intervenir, à présenter ses propositions ou celles d'un collectif, à argumenter, à améliorer ses connaissances d'un sujet utile à la collectivité. La démocratie c'est aussi éviter que ce soient les "beaux parleurs" qui dirigent toujours les débats mais que la parole des gens soit valorisée et prise en compte par des méthodes qui incitent au partage d'idées et à leur formulation par exemple par la pratique du compte-rendu. C'est aussi la pratique de l'évaluation des décisions publiques par la présentation par les élus des difficultés qui sont rencontrées afin de rechercher des solutions avec les citoyens concernés.En fait c'est l'organisation, l'institutionnalisation d'un véritable partage des pouvoirs et des savoirs par le plus grand nombre et sans discrimination de quelque nature que ce soit soit qui fonde une véritable démocratie. Et c'est l'exigence incontournable de notre époque à tous les niveaux et dans toutes les sphères de la société.

marc d HERE 13/11/2006 13:30

Oui l'évaluation des politiques, des décisions est une bonne chose et nécessaire. Mais Ségolène Royal en fait quelque chose d'institutionnel, limité au tirage au sort et avec une idée de sanction....
Sa conception de la démocratie particiative est dangereuse.

chouchou 07/11/2006 13:22

Bonjour Fred,
je suis plus que ravie de lire votre commentaire.. à un moment donné, je doutais. mais je suis rassurée, je crois que l'on partage beaucoup de points commun
A ce titre je vous invite à lire un de mes billets sur le sujet en suivant ce fil et intitulé : "Je suis persuadée qu'un jour la vie politique française se recomposera".... voilà, nous y sommes presque...
http://canteleu.paysdecaux.com/index.php?2006/04/07/624-je-suis-persuadee-quun-jour-la-vie-politique-francaise-se-recomposera
Très cordialement

Frédéric CROCHET (FredHook) 07/11/2006 11:47

Salut Chouchou,
Pour moi l'extrême centre ce serait un parti UDF/PS: ni vrai droite, ni fausse gauche: un parti du centre pour la grande majorité des français...