Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portrait

Edgar Menguy

Conseiller Municipal de la ville de Rouen

Membre de l'UMP

Médecin réanimateur du CHU de Rouen

LA PERMANENCE VIRTUELLE

Vous êtes Rouennais et vous avez une question à me poser ou un problème que je peux vous aider à résoudre. Alors, n'hésitez pas ! Vous m'en faites part dans la boite à messages. Je vous donnerai la réponse et je la publierai sur ce blog afin que tout le monde puisse en profiter pour une expérience de démocratie locale en direct.

Boite à Messages

Retour à l'accueil
 

Recherche

Ce blog est un lieu de dialogue sur Rouen, la politique locale et nationale, l'Europe, l'urbanisme, l'environnement, les transports, la santé, la médecine, le sport, la culture, l'éducation et de façon générale sur tous les sujets d'actualité et de société.

Ecrivez-moi

Archives

Actualité

 

Vous voulez être informés
de la parution d'un nouvel article ?
 

Abonnez vous dans la rubrique newsletter ci-dessus
 
Edgar Menguy
 
 

 

Locations of visitors to this page

24 juin 2005 5 24 /06 /juin /2005 00:00

Le problème des risques pour la santé de la téléphonie mobile et des antennes relais est un vrai sujet de préoccupation pour les habitants et les élus. C'est légitime. Il faut se donner les moyens d'avoir une meilleure connaissance des risques réels. Il semble que les choses se précisent. Je reprend ici des informations fournies par René Trégouet, spécialiste des nouvelles technologies.

Les rayonnements des téléphones mobiles et les ondes des stations relais ne constituent pas un risque avéré pour la santé, en l’état actuel des connaissances, mais des études complémentaires s’imposent, estime un groupe d’experts de l’Agence française de sécurité sanitaire environnementale dans un rapport. Les dix experts de l’Afsse confirment les conclusions d’un premier rapport publié par l’Agence en 2003. Ils ont examiné les dernières études publiées sur le plan international, dont une étude danoise et une suédoise qui ont fait grand bruit. La première, conduite auprès de 427 Danois atteints de cancer au cerveau et de 822 personnes non atteintes, conclut que l’usage du portable n’accroît pas les risques de développer un cancer du cerveau.

L’étude suédoise, publiée en mai dans une revue britannique, relève un risque de cancer du cerveau plus élevé chez les utilisateurs de portable que chez les ceux qui n’en ont pas, et nettement plus élevé pour les utilisateurs de portables en zone rurale qu’en ville. Une différence qui pourrait s’expliquer par l’éloignement des relais en zone rurale, ce qui nécessite une plus forte émission d’ondes. Selon les experts de l’Afsse, la technologie analogique utilisée en Suède est une technique ancienne qui n’est plus utilisée en France, ce qui rend difficile une transposition des données à notre pays.

La publication, attendue à la fin de l’année, de la première étude épidémiologique à grande échelle conduite par le Circ (Centre international de recherche sur le cancer) dans 13 pays, devrait apporter des éléments plus décisifs sur le risque de cancer, estiment les experts. Rien n’est formellement établi quant au risque de passage des rayonnements des téléphones à travers la barrière hémato-encéphalique, pouvant occasionner maux de tête, fatigue et sensation de chaleur, relève le groupe d’experts.

A titre de précaution, il recommande des mesures "de bon sens" : limiter le temps de communication, éviter les zones de mauvaise réception, éloigner l’appareil de la tête, notamment chez les enfants et les jeunes, gros utilisateurs de portables. Les antennes relais n’occasionnent, selon les experts, pas d’effets sanitaires directs. Toutefois, pour répondre à l’inquiétude des populations, dans un contexte de multiplication des stations pour les réseaux de troisième génération, les experts recommandent des études plus précises de dosimétrie. Il s’agit de mesurer individuellement les doses reçues, à divers moments de la journée, par une personne. Le groupe d’expert déplore l’absence d’études de ce type, ainsi que d’études d’exposition aux stations de type micro ou pico cellulaire, de très faible puissance mais très proches du public.

Affaire à suivre de près. Dans l'attente nous continuerons à appliquer la cahrte mise en place à Rouen depuis 2002.

voir AFSE et article de René Trégouet

Partager cet article

Repost 0

commentaires

eltulanten 04/07/2005 08:57

Le dernier rapport à l'AfSSE concernant les "antennes relais" diffuse une information mensongère car tronquée sur les risques car il ne mentionne jamais les risques concernant la compatibilité électromagnétique avec les appareils electronique à usages medicaux. (vous noterez qu’il n’evalue que les risques directs et passe sous silence certains risque indirects)
Prétendre qu’il n’y a aucun risque avéré jusqu’a un niveau de 61V/m (texte de 2002 sur les effets thermiques) est une grossière falsification de la vérité scientifique.

L’homme n’habite plus dans des cavernes et utilise a son domicile des appareils electronique ludiques , des automatismes (alarmes arrosage automatique etc) et des appareils à usage médicaux (thermomètre électroniques, appareils pour diabétiques tensiomètres etc..)

Tous ces appareils destinés a être utilisés a domicile sont prévus et testés pour être utilisé dans un environnement résidentiel.

Afin d’assurer le bon fonctionnement des appareils il existe des lois et règles concernant la compatibilité electromagnétique qui s’appliquent en droit commun.

Les appareils destines à etre utilisé en environnement résidentiel sont prévus pour fonctionner dans un champ electrique de 3V/m au maximum (pour les frequences de 80Mhz a 2,5GHz) il est mensonger de dire qu’ils fonctionneront correctement avec un niveau supérieur.

Pretendre qu’il n’y a aucun risque et que donc les appareils fonctionneront normalement a 60V/m soit 20 fois le niveau de champ (400 fois la puissance) ou ils ont été testé relève de l’escroquerie car les règles de la compatibilité électromagnétique sont violées gravement.

Ce risque n’est pas décelable par les habitants et les medecins, il est irrefutable et peut entrainer de grave dommages pour la santé voire entrainer la mort dans le cas de dysfonctionnement des appareils a usage médicaux utilisés a domicile.

Ceci est la démonstration que prétendre qu’il n’y a aucun risque près des station de base est grotesque et constitue soit une volonté de cacher un risque et mettre en danger délibérement des populations soit de l’ignorance dans les deux cas ce rapport est plus que douteux.

Non seulement le risque existe il est certain, irréfutable et peut tuer! L'information est pour le moins manipulée c'est une honte.

Plusloinlanten 04/07/2005 08:50

Le dernier rapport a l'afsse concernant les "antennes relais" diffuse une information mensongère car tronquée sur les risques car il ne mentionne jamais les risques concernant la compatibilité électromagnétique avec les appareils electronique à usages medicaux.
(vous noterez qu’il n’evalue que les risques directs et passe sous silence certains risque indirects)
Prétendre qu’il n’y a aucun risque avéré jusqu’a un niveau de 61V/m (texte de 2002 sur les effets thermiques) est une grossière falsification de la vérité scientifique.

L’homme n’habite plus dans des cavernes et utilise a son domicile des appareils electronique ludiques , des automatismes (alarmes arrosage automatique etc) et des appareils à usage médicaux (thermomètre électroniques, appareils pour diabétiques tensiomètres etc..)

Tous ces appareils destinés a être utilisés a domicile sont prévus et testés pour être utilisé dans un environnement résidentiel.

Afin d’assurer le bon fonctionnement des appareils il existe des lois et règles concernant la compatibilité electromagnétique qui s’appliquent en droit commun.

Les appareils destines à etre utilisé en environnement résidentiel sont prévus pour fonctionner dans un champ electrique de 3V/m au maximum (pour les frequences de 80Mhz a 2,5GHz) il est mensonger de dire qu’ils fonctionneront correctement avec un niveau supérieur.

Pretendre qu’il n’y a aucun risque et que donc les appareils fonctionneront normalement a 60V/m soit 20 fois le niveau de champ (400 fois la puissance) ou ils ont été testé relève de l’escroquerie car les règles de la compatibilité électromagnétique sont violées gravement.

Ce risque n’est pas décelable par les habitants et les medecins, il est irrefutable et peut entrainer de grave dommages pour la santé voire entrainer la mort dans le cas de dysfonctionnement des appareils a usage médicaux utilisés a domicile.

Ceci est la démonstration que prétendre qu’il n’y a aucun risque près des station de base est grotesque et constitue soit une volonté de cacher un risque et mettre en danger délibérement des populations soit de l’ignorance dans les deux cas ce rapport est plus que douteux.

Non seulement il y a un risque mais celui ci est certain et il peut tuer.
L'information sur le sujet et totalement manipulée.