Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portrait

Edgar Menguy

Conseiller Municipal de la ville de Rouen

Membre de l'UMP

Médecin réanimateur du CHU de Rouen

LA PERMANENCE VIRTUELLE

Vous êtes Rouennais et vous avez une question à me poser ou un problème que je peux vous aider à résoudre. Alors, n'hésitez pas ! Vous m'en faites part dans la boite à messages. Je vous donnerai la réponse et je la publierai sur ce blog afin que tout le monde puisse en profiter pour une expérience de démocratie locale en direct.

Boite à Messages

Retour à l'accueil
 

Recherche

Ce blog est un lieu de dialogue sur Rouen, la politique locale et nationale, l'Europe, l'urbanisme, l'environnement, les transports, la santé, la médecine, le sport, la culture, l'éducation et de façon générale sur tous les sujets d'actualité et de société.

Ecrivez-moi

Archives

Actualité

 

Vous voulez être informés
de la parution d'un nouvel article ?
 

Abonnez vous dans la rubrique newsletter ci-dessus
 
Edgar Menguy
 
 

 

Locations of visitors to this page

23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 18:21

Madame le Maire, mes chers collègues,

 

Je voudrais tout d'abord faire deux remarques à Madame l'Adjointe aux finances :

 

- Elle devrait prendre garde vis à vis de sa communication dans la presse. Lire ce matin dans Paris Normandie, en gros titre, que "La ville est au bord du précipice" me semble inexact, exagéré et il faut bien le dire assez irresponsable. Quel image donne ce genre de propos excessifs de notre ville ? Cela donne-t-il envie à des investisseurs de venir s'installer à Rouen ? Message totalement contre-productif…

- Elle s'est référée dans sa présentation à la Région en la citant comme exemple. Parlons-en ! Certes la Région a un faible endettement mais tous les indicateurs montrent le peu de résultats de cette gestion : 27% de jeunes au chomage, une Région aux dernières places sur de nombreux sujets comme la création d'entreprises ou la recherche publique. Est ce que l'on veut faire à Rouen ??


A l'occasion du débat d'orientation budgétaire, nous avions eu surtout droit à un discours purement politique de critique du gouvernement de la part du Maire. Aujourd'hui, c'est plutôt l'autosatisfaction municipale qui domine.

En ce qui concerne les orientations présentées, j'avais prédit qu'elles nous préparaient à un "budget ventilateur". Pour une fois les promesses sont tenues….

Je me permets de vous rappeler ce que je vous disais lors du débat d'orientation budgétaire.

Beaucoup de verbe, beaucoup de bonnes intentions mais pas de priorité perceptible.

On retient de l'exercice :

- qu'il n'y a pas de vision pour l'avenir !

- que le manque d'ambition devient la ligne politique de la ville au profit du saupoudrage et du clientélisme Bref, il est clair qu'à ce rythme Rouen redeviendra dans quelques années la belle endormie qu'elle était avant d'avoir tenté de se redynamiser.

Et pour tout cela, les Rouennais devront payer 8% de plus dès cette année. C'est 30 millions d'euros de pouvoir d'achat qui seront retirés aux rouennais.

La pression fiscale revient ainsi à Rouen au-dessus de ce qu'elle était en 2001. Même équipe, même recette… Je l'avais déjà signalé.

C'est une pression supplémentaire sur les Rouennais qui travaillent et sont directement confrontés à la crise. La crise ne doit pas être une excuse facile pour augmenter les impôts. Ce devrait être au contraire une exigence supplémentaire pour préserver le pouvoir d'achat de ceux qui contribuent à la production de richesse collective et qui sont susceptibles de maintenir l'activité.

Je vous avais demandé, sans aucun espoir, de prendre en compte deux orientations simples :

- que le budget 2010 soit marqué par une ambition à la hauteur des enjeux de la période actuelle.

- que le Maire respecte les engagements pris lors de sa campagne électorale, de ne pas augmenter les impôts.

 

Ce budget mérité d'être discuté sous 3 angles : celui du contexte, celui des chiffres et celui des projets.

Sur le contexte

Si l'on revient au contexte de ce budget, je vous accorde qu'il est difficile. Et c'est pour cela qu'il doit être ambitieux et axé sur les premières préoccupations auxquelles nous avons à faire face.

Les répercussions de la crise à Rouen nous concernent tous.

Les inquiétudes pour les emplois, les commerces et les industries rouennaises, que j'avais évoqué lors des précédentes discussions budgétaires, se sont malheureusement concrétisées.

La situation de l’emploi dans notre ville n'est pas bonne. Le commerce souffre et les investisseurs ne semblent plus s'intéresser à Rouen.

 

Certes, une partie de cette situation est imputable au contexte international.

 

Mais pour sauvegarder nos emplois et en créer de nouveaux, pour conserver nos centres de décision, pour retenir nos jeunes qui aujourd’hui vont chercher du travail ailleurs, il faut une vraie politique économique. Il faut construire un environnement local favorable au développement ou au redémarrage économique.

 

Cela passe par une série de mesures comme l’accompagnement du développement des PME, la modération de la fiscalité et la modernisation de nos infrastructures, essentielles pour nos entreprises, petites ou grandes.

Une municipalité structure politique de proximité se doit de répondre en priorité à ces questions. Or on constate que vous ne mettez rien en avant sur ces sujets au nom de la ville ou dans des partenariats avec les autres collectivités. Je pense en particulier à la Région qui vous aide bien dans votre inaction.

 

Sur les chiffres

L'exercice de style est toujours rébarbatif et prête à toutes les interprétations en fonction de la présentation qui en est faite. Il serait d'ailleurs intéressant d'avoir un tableau récapitulatif de l'ensemble des informations et des ratios financiers tels que prévus dans le Code Général des Collectivités Territoriales (art R2313) sous la forme d'un tableau.

Vous me permettrez de donner moi aussi quelques chiffres qui éclairent la situation de notre ville :

  • Les dépenses réelles de fonctionnement de notre ville sont supérieures à la moyenne nationale des villes de la même taille : 1339 € contre 1137. Et ce malgré les efforts faits depuis plusieurs années
  • Les produits des impositions directes sont de 586 € par Rouennais contre 485 € pour les habitants des villes de même strate.
  • Il est surprenant de trouver un long paragraphe sur la restauration collective comme pour vous persuader que c'est vraiment très bien mais aucun détail sur les subventions aux associations qui se voient cette année affublée d'un énigmatique divers…. Il y a + de 5 % des dépenses qui ne méritent à vos yeux aucune explication. C'est assez surprenant et peu transparent.
  • Les charges de personnels  augmentent de 5 millions € en 2 ans
  • Les moyens des services municipaux augmentent eux de près de 7 millions d'euros en 2 ans

Pour ces 2 postes vous justifiez l'augmentation par la participation au festival Normandie Impressionniste avec beaucoup d'effort sur des notions de "périmétrie" pour nous persuader que l'augmentation n'est finalement pas très importante ….

  • En revanche, je remarque que la subvention au CCAS passe de 3,67 M en 2009 à 3,66M.

Beaucoup pour le Festival Normandie Impressionniste, ce qui est en soi une manifestation intéressante, et une stagnation pour le CCAS… Voilà un choix qui me paraît tout à fait étonnant pour une municipalité de gauche dans un contexte de souffrance sociale et de crise !!! C'est une bonne illustration de vos choix qui privilégient l'image, l'apparence, la communication.

 

En ce qui concerne l'investissement, je voudrais d'abord relever un chiffre. Celui des cessions d'actifs. Lors de l'audit financier de la ville, vous aviez évalué que la ville ne pourrait, sur la durée de votre mandat, pas envisager de céder plus de 1,5 millions d'euros d'actifs par an. Tous les chiffres de l'audit se sont basés sur cette hypothèse. Or que constatons-nous aujourd'hui ? Vous inscrivez pour 16 millions d'euros de cession correspondant au rachat de la Médiathèque par le Département !! C'est du grand art. Si j'ose dire.. car c'est aussi un risque pris par la Ville comme nous venons de l'entendre et finalement un grand gâchis pour les contribuables qui paieront en tant que Seino Marins ce qu'ils avaient déjà payés en tant que Rouennais pour un projet totalement dénaturé. En voyant de tels exemples, on ne peut que penser que la réforme des collectivités territoriales s'impose.

 

En matière d’investissement, nous ne pouvons que regretter à nouveau votre gestion plus qu’approximative des grands projets : Renoncements, retards, approximations, etc…

 

Sur les projets

Je serai plus bref alors que cela devrait être le cœur du Budget.

Mais vous nous avez fait un tel catalogue de superlatifs et projets tous azimuts à ne plus s'y retrouver que je renonce à tout commenter. On croirait un nouveau programme électoral.

On sent bien que ce catalogue essaie de concilier : le saupoudrage clientéliste, votre vision technocratique de la ville et surtout le maintien du fragile équilibre de votre majorité.

Je note juste dans ce programme que les grands projets municipaux du mandat seront lancés… :

- Le quartier Luciline

- Le parc naturel urbain de la Vallée des 2 rivières (avec à son sujet, un simple effet d'annonce puisque je l'avais signalé lors du PPI, le budget prévu est tout à fait insuffisant)

Pour ceux qui suivent un peu la vie de la municipalité depuis plusieurs années, c'est très fort.

J'ai également noté que le grand projet de l'Ile Lacroix, annoncé lors de votre programme électoral, rappelé l'an dernier lors du budget et à grand renfort d'articles de presse, évaluer à plusieurs millions d'euros ne se voit plus doter que d'un enveloppe de 100000 euros.

C'est là aussi vraiment l'exemple du manque de vision claire de vos choix budgétaires.

Je ne commenterais pas beaucoup plus les différents paragraphes décrivant le budget par pôles. Je voudrais juste vous dire le plaisir que j'ai eu à découvrir que vous alliez faire l'acquisition d'engins de propreté ambitieux. Enfin, quelque chose d'ambitieux dans ce budget !!

 

En conclusion

Je retiens un manque flagrant d'ambition et de priorités claires, des grands projets mal gérés et une augmentation importante de la fiscalité pesant sur les ménages.

 

Bien entendu, Madame le Maire, vous allez tenter de justifier ces mauvais résultats en arguant d’une baisse des dotations de l’Etat, de la crise, des erreurs de ceux qui vous ont précédés. On connaît la musique ou plutôt la rengaine.

Les Rouennais souffrent de la crise, en particulier en matière d'emploi et de développement économique. Cela devrait mettre la ville en situation de concentrer ses efforts sur l'emploi, sur le développement des petites et moyennes entreprises, le soutien du commerce, l'aide sociale et la défense du pouvoir d'achat.

Le budget qui nous est soumis, est loin de prendre la mesure de ces questions au profit de multiples petites mesures catégorielles.

Ce budget n'est pas en mesure de répondre aux exigences immédiates des Rouennais et de répondre à la préparation de leurs attentes futures.

La somme de nombreux petits projets ne fait pas un grand projet, mais elle coute cher. 8% d'impôts en plus, 5 millions d'euros en plus chaque année pour les Rouennais !!!


Dans ces conditions, les élus du groupe UMP Réussir Ensemble voteront contre le budget qui nous est présenté aujourd'hui.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

non inscrit et fier de cela 07/02/2010 00:03


Il est temps de se désinscrire des listes électorales pour que les politiques arrêtent de faire de la politique (sans compter les "petits" pouvoirs perso, etc.) mais agissent en fonction de la
réalité qui les entourent. Au final, les citoyens aiment bien les hausses d'impôts quelles soient l'oeuvre de socialistes, de libéraux, de communistes, de démocrates, etc. sinon ils ne voteraient
plus depuis longtemps ; il y a un mot pour désigner cela mais je ne le dirais pas (il ne me concerne pas heureusement) !!!


Sylvie 24/01/2010 12:14


Tout d'abord, je vous souhaite une bonne année et une bonne santé pour 2010 à vous et à ceux qui vous entourent.

L'augmentation des impôts locaux à Rouen, va provoquer au sein de la population un sentiment d'incompréhension et de rejet de l'équipe municipale actuelle. Les Rouennais vont peu apprécier ce
manquement aux promesses de ne point augmenter les impôts en période de crise, et exprimer lors des régionales un rejet du système politique local.

Ce sera le début pour nous de la reconquête.

Voilà mon point de vue.



Solente 24/01/2010 11:06



Il est vrai que la situation de la ville de Rouen est désolante à tous égard. Cela est sans doute dû principalement au fait que ce qui
motive les élus responsables de tous bords est la démagogie au lieu de l’intérêt des rouennais, du réalisme et du bon sens. Faire porter ses efforts sur la justification d’une politique largement
rejetée par les électeurs, ou bien sur la critique en règle, sans mesure, à la mode des oppositions, en se gardant bien de toute proposition n’est peut-être pas la meilleure voie.


 


Comment ne pas être pessimiste. La ville, étant donné son état ne peut se contenter d’amateurisme, et sans vouloir vexer personne, je
pense que le salut ne peut venir que des efforts d’un capitaine d’industrie, habitué au financement d’investissements lourds, aux vues à long terme et capable de convaincre les investisseurs de
la fiabilité de ses projets. Sans vouloir mettre en cause la bonne volonté des uns et des autres, il n’apparaît pas pour le moment de personnalité capable de ce défi. Sans doute serait-il temps
d’oublier les ambitions et les appétits de pouvoir pour penser aux rouennais ?


 


Outre les problèmes strictement locaux, comment ne pas être inquiet du futur de Rouen dans le cadre de la nouvelle communauté créée
par Monsieur Fabius, de la situation de la ville dans le cadre des investissements du grand Paris, de l’emplacement de la nouvelle gare, des retombées pas évidemment positives du canal seine
nord, du rôle de second que jouerait Rouen dans le cadre d’une grande Normandie dont Caen serait la capitale ? Et encore, tout cela sans parler de l’avenir de l’investissement Luciline ou de
la pollution apportée par un port céréalier trop proche de la ville.


 


Comment ne pas s’attrister de la situation de la ville, actuellement sans perspective.