Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portrait

Edgar Menguy

Conseiller Municipal de la ville de Rouen

Membre de l'UMP

Médecin réanimateur du CHU de Rouen

LA PERMANENCE VIRTUELLE

Vous êtes Rouennais et vous avez une question à me poser ou un problème que je peux vous aider à résoudre. Alors, n'hésitez pas ! Vous m'en faites part dans la boite à messages. Je vous donnerai la réponse et je la publierai sur ce blog afin que tout le monde puisse en profiter pour une expérience de démocratie locale en direct.

Boite à Messages

Retour à l'accueil
 

Recherche

Ce blog est un lieu de dialogue sur Rouen, la politique locale et nationale, l'Europe, l'urbanisme, l'environnement, les transports, la santé, la médecine, le sport, la culture, l'éducation et de façon générale sur tous les sujets d'actualité et de société.

Ecrivez-moi

Archives

Actualité

 

Vous voulez être informés
de la parution d'un nouvel article ?
 

Abonnez vous dans la rubrique newsletter ci-dessus
 
Edgar Menguy
 
 

 

Locations of visitors to this page

19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 13:15

314524_10150363055323664_688263663_8163111_932116549_n.jpg

 

« Une bonne espérance est meilleure qu'une mauvaise possession. » disait Cervantes dans Don Quichotte.


Après plus de deux semaines passées en Libye, à un moment difficile, le regard que je porte sur ce qui domine l’actualité et les débats dans notre pays m’impose une mise en perspective de ces 2 situations.


Rien n’est simple et rien n’est définitif, ni d’un coté ni de l’autre. Mais un sentiment s’impose à moi.


En Libye, j’ai côtoyé de grands drames et de grandes souffrances mais j’ai aussi senti la présence permanente de l’espoir. L’espérance d’un temps meilleur, de la liberté, du temps du possible.

Ici, où l’on a petit à petit oublié ce que peut être le bonheur d’être libres, nous vivons de petits drames quotidiens et individuels (tout à fait respectables) mais avons oublié l’espoir...


Quel paradoxe, notre société libre, riche, avancée semble ne plus avoir d’espoir !


C’est certainement l’un de nos problèmes majeurs d’aujourd’hui. Or, l'espoir est un moteur, une essence…

Mais, il ne faut pas oublier que l’espoir est aussi un combat qui impose du courage et de l'imagination. Il impose de prendre des risques. Pas ceux de la guerre mais ceux qu’exigent la capacité de voir le monde autrement et de remettre en cause certaines situations acquises.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgar Menguy - dans edgarmenguy
commenter cet article

commentaires

EVE D 22/11/2011 20:45


Après chaque voyage à l'étranger, je suis heureuse de me retrouver en France


pays de la liberté, de toutes les libertés.


Les français oublient trop souvent que nous devons préserver et être fiers de notre démocratie.


Mais retrouver l'espoir, est difficile pour beaucoup (chômage, incertitudes affectives, courses aux "technologies" .....  A toutes ces difficultés, s'ajoutent les pertes de valeurs morales
"et ou "chrétiennes.


Alors que peuvent faire les hommes politiques ?


Donner du travail à tout le monde ?


Redonner le goût de l'effort ?


Redonner aussi à l'homme, sa place dans la société,


Faire en sorte aussi que les femmes et les hommes soient heureux au travail, et fiers de travailler .

François 21/11/2011 18:31


Vos réflexions sont salutaires. A l'évidence, bien des peuples vivent des situations largement pires que la nôtre. Or, en Europe occidentale, on ne cultive en effet guère l'espoir. Sans aucun
doute revient-il aux élus, femmes et hommes politiques de marier réalisme et ouverture sur l'avenir, de façon que l'espoir renaisse, justement dans la mesure où leurs programmes politiques seront
fondés sur ce qui est, ou sera possible, sans rêverie. La responsabilité de ces politiques est lourde, et relativement peu semblent prêt à conjuguer ainsi réalisme et perspectives, au-delà de la
simple "com". Mais dans l'adversité, quelques-uns confirment, d'autres se révèlent!


Quant à la Libye, je pense que son avenir ne sera pas pire que ce qu'elle a connu. Je serais beaucoup plus inquiet pour l'Egypte, où, je le dis, la chute des chefs militaires risquent de remettre
en cause la paix froide - mais paix! - avec Irsaël.