Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Portrait

Edgar Menguy

Conseiller Municipal de la ville de Rouen

Membre de l'UMP

Médecin réanimateur du CHU de Rouen

LA PERMANENCE VIRTUELLE

Vous êtes Rouennais et vous avez une question à me poser ou un problème que je peux vous aider à résoudre. Alors, n'hésitez pas ! Vous m'en faites part dans la boite à messages. Je vous donnerai la réponse et je la publierai sur ce blog afin que tout le monde puisse en profiter pour une expérience de démocratie locale en direct.

Boite à Messages

Retour à l'accueil
 

Recherche

Ce blog est un lieu de dialogue sur Rouen, la politique locale et nationale, l'Europe, l'urbanisme, l'environnement, les transports, la santé, la médecine, le sport, la culture, l'éducation et de façon générale sur tous les sujets d'actualité et de société.

Ecrivez-moi

Archives

Actualité

 

Vous voulez être informés
de la parution d'un nouvel article ?
 

Abonnez vous dans la rubrique newsletter ci-dessus
 
Edgar Menguy
 
 

 

Locations of visitors to this page

17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 22:07

A lire. Un article d'Eric Le Boucher sur Slate.fr

 

"Deux collègues de bureau, quarantaine bien dépassée, se retrouvent à la cafétéria.

– Enfin les jeunes manifestent! Ils auraient dû le faire depuis longtemps!

– C’est encore bien mesuré. 400 lycées sur 4.300 et dans les facs, c’est sporadique…

– Oui, oui mais c’est un début! Quel symbole! Franchement, j’attendais ça depuis longtemps. La France maltraite incroyablement ses jeunes, il est temps qu’ils manifestent! L’école expulse 160.000 gamins sans aucun bagage et elle donne une éducation qui ne débouche sur rien à beaucoup de ceux qui restent. Alors que nous entrons dans l’ère de la connaissance, le niveau de lecture et de calcul régresse. C’est dingue! Quant à la fac, la massification des étudiants en fait un parking avant le chômage. Le taux de chômage des jeunes est de 18% en France contre 10% en Allemagne ou 13% aux Etats-Unis.

– Ouais. Puis après, avant de trouver un vrai boulot, galère: suite d’intérim, stages en séries, CDD à la queue leu leu.

– Ils ont raison de se révolter! Les jeunes ouvrent enfin les yeux sur l’égoïsme de ceux qui ont le pouvoir, c’est-à-dire les vieux. Les retraites, c’est vraiment un super symbole: la France s’occupe encore des vieux, de leurs petit confort et les jeunes paieront! Ils ont raison de dire non! Enfin!

– Attends… Qu’est-ce que tu veux dire?

– Que le conflit de générations est manifeste! Les baby boomers se moquent de laisser la France dans un état lamentable: une dette de 1.500 milliards d’euros et les retraites: tout ça sur leur dos! Ils font bien de dire stop et de demander que les vieux cessent de se privilégier eux-mêmes et qu’ils paient pour la dette et leurs pensions!

– Je ne comprends pas…

– Enfin des contre-manifs pour réclamer que les vieux cotisent plus, travaillent plus longtemps et baissent leurs pensions de retraites. Ça suffit de tout faire reposer sur les générations à venir!

– Ah mais là, t’as pas bien suivi: les lycéens sont contre la réforme de Sarkozy… Ils défilent pour maintenir la retraite à 60 ans.

– …?

– Oui, ils manifestent avec les vieux, pas contre!

– J’hallucine…

– Ils mélangent pas mal à vrai dire et leur syndicat, l’UNL, dénonce les conditions de vie «de plus en plus dure» des lycéens.

– Ouais, et la faute à qui? C’est incroyable? T’es sûr? Les lycéens de 16 ans se préoccupent de leur retraite à 62 ans? Mais qu’ont-ils dans la tête? Déjà, en soi, ce n’est pas croyable, mais en plus c’est contre leur intérêt.

– Tu parles comme Raymond Soubie, le conseiller de Sarko, qui dit que la retraite a été faite pour eux.

– Ce n’est pas parce que c’est Soubie qui le dit que c’est faux. Il a raison: si on n’équilibre pas le système des retraites en reculant l’âge du départ à 62 ans, à peine les jeunes auront-ils réussi à trouver un travail qu’ils crouleront sous la charge pour financer les vieux! On est dans un pays de fous!

– Ils disent que si on laisse les vieux au travail, les jeunes n’auront pas de boulot.

– Alors ça, c’est typique du raisonnement faux. C’est la logique des 35 heures, du «partage du travail». Il n’y a pas assez de boulot pour tout le monde, partageons-le. Et bien, c’est faux! Archi-faux. On le sait maintenant, mille études d’économistes le démontrent: c’est l’inverse qui est vrai. Il faut augmenter la population active pour créer plus de postes. D’ailleurs la France a viré ses vieux, elle a le taux d’activité des seniors le plus bas d’Europe. Avec quel résultat? Elle a l'un des taux de chômage des jeunes le plus fort. C’est bien la preuve que l’idée de partage est stupide.

– Les lycéens disent ne pas vouloir payer pour une crise qui n’est pas la leur.

– Bah justement! Qu’ils demandent aux vieux de nettoyer les dégâts de leur crise. Non sérieusement: les jeunes ont tout intérêt au passage à 62 ans voire plus. C’est le think tank de gauche Terra Nova qui le dit. Tiens je lis: «Le niveau de vie moyen des retraités d’aujourd’hui est légèrement supérieur à celui des actifs (106%). Le système français, en quelque sorte, “surperforme”. La logique est donc de faire contribuer les retraités aisés d’aujourd’hui, au même titre que les actifs, au bouclage financier du système.»

– On devrait baisser les pensions?

Bien sûr! C’est ce que devraient demander les jeunes dans des contre-manifs. Je récite Terra Nova: «Les pauvres aujourd’hui, ce sont les jeunes actifs, avec un taux de pauvreté à 12% contre moins de 4% pour les retraités.» Et moi qui me félicitais des manifs de jeunes… Non seulement ils vont payer pour les baby boomers mais quand, ils seront à la retraite eux, alors il faudra bien en passer par une baisse de leurs pensions! Ils n’y couperont pas! Double peine! Ils se tirent deux balles dans le pied!

– Bah, la gauche va arranger ça en 2012. Elle devra.

– Ah bon, tu crois?"

Eric Le Boucher

Repost 0
Published by Edgar Menguy - dans Articles de presse
commenter cet article
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 00:00

6a0120a55ae4dc970c0133f4f3eaed970b-800wi.jpg

Repost 0
Published by Edgar Menguy - dans Réussir Ensemble
commenter cet article
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 17:25

Mediatheque-20--20Rouen.jpgLa nouvelle bibliothèque de Caen devrait ouvrir ses portes en 2015 en devenant le bâtiment de référence d’un nouveau morceau de ville au bord de l’eau.

C'est Rem Koolhaas qui va construire cette nouvelle « Bibliothèque médiathèque à vocation régionale » de l’agglomération de Caen qui doit être construite sur les friches de la presqu’île portuaire en face du Bassin Saint-Pierre. 

Le bâtiment se présentera sous la forme d’une croix de Saint-André asymétrique. Un parvis sera créé devant…

Une sorte de cathédrale contemporaine, non ?

 

Ce nouveau bâtiment se donnera pour but de faire rayonner la ville et l’agglomération de Caen sur l’ensemble de la Basse-Normandie… Mais plus globalement, du point de vue de Philippe Duron, le député maire de "faire participer l’agglomération caennaise à l’actuel réveil métropolitain normand."

  

On est bien loin du discours péremptoire et méprisant de Mme Fourneyron et de Mr Robert nous expliquant qu'il n'est plus pertinent de construire une "cathédrale du livre" !! Il faut dire que pour détruire un projet culturel aussi important, il ne faut reculer devant rien…

 

Il y a des socialistes, comme Mr Duron, qui ont de l'ambition pour leur ville. Ce n'est pas le cas des notres qui ont choisi de voir petit, avec leur réseau de petites bibliothèques alors que Rouen avait pris de l'avance sur sa voisine.

 

Rouen Capitale ?  Ce sont les actes qui trancheront pas les belles paroles et l'auto-satisfaction !!

Repost 0
Published by Edgar Menguy - dans Culture
commenter cet article
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 18:03

La délibération sur l'aménagement des quais rive gauche avait été présentée avant le Conseil Municipal comme la délibération phare marquant le début des grands projets du mandat.

Nous avons, en fait, assisté à une tentative de récupération maladroite d'une ambition collective partagée.

Mme Fourneyron n'a pas pu s'empêcher de nous faire le coup de la page blanche... comme si rien n'avait été fait sur ce projet avant elle. Et, elle a demandé au conseil municipal de lui signer un chèque en blanc puisqu'elle a refusé de proposer toute orientation ou principe d'orientation, toute discussion.

Mme Fourneyron a réclamé l'unanimité sur ce projet. Elle aurait dû l'avoir. Le fait qu'un tiers du Conseil Municipal choisisse de s'abstenir sur un projet dont l'idée est largement partagée est pour elle un échec majeur.

L'urbanisme demande beaucoup de temps. L'aménagement des quais en est une illustration évidente. Enjeu majeur pour Rouen, il a commencé au début des années 2000 et se poursuivra probablement jusqu'à 2020 ou 2025. Plusieurs équipes municipales, plusieurs maires porteront ce projet.

Faire le coup de la page blanche, en omettant délibérément toutes les décisions antérieures et en laissant croire qu'il s'agit de la première délibération sur le sujet n'est ni à la hauteur du projet ni à celle que la fonction de maire devrait inspirer à celui qui a l'honneur de l'exercer.

 

quaisrivegauche-lion.jpg

Aménagement des quais Yves Lion. Etudes 2005 - 2006


Les délibérations sur le sujet ont été nombreuses :

  • 2001 : Convention d'étude avec l'école nationale du paysage et débats avec les conseils de quartier
  • 2002 - 2003 : Implantations des grues Picasso. Mises en lumière
  • 2004 :  Conventions de superposition de gestion. Délibération certes pas très " sexy" mais totalement indispensable pour définir les champs de compétence entre l'État, le Département, la ville, Réseau Ferré de France, Voies Navigables de France, et port de Rouen
  • 2005 :  Etudes techniques sur la stabilité de la trémie ferroviaire
  • 2005 - 2006 : lancement d'études de définition sur les rives de la Seine et de la gare rive gauche. L'idée était d'obtenir plusieurs hypothèses intégrant l'aménagement des quais rive gauche mais aussi toutes les questions de transport avec l'arrivée de la nouvelle gare, du projet de tram-train, des problèmes de stationnement et de la problématique du passage des camions au centre-ville de Rouen. Trois équipes d'urbanistes de renom ont travaillé sur ce projet : Yves Lion, François Grether et Marion Talagrand. Ils ont remis à la ville de Rouen un travail important évoquant diverses hypothèses d'aménagement mais aussi d'accessibilité au site, de liaison avec son environnement et de déplacement de la foire Saint Romain (ce qui aurait mérité d'être étudié en lieu et place de la décision péremptoire et non préparée de déplacement sur le môle Waddington). Leur travail a démontré les possibilités importantes sur le site qui mérite plus qu'un simple aménagement d'espaces publics mais peut accueillir des équipements comme des équipements culturels par exemple.

garerivegauche.jpg

Projet de gare multimodale sur les quais d'Yves Lion

 

Il est assez invraisemblable que Mme Fourneyron ait fait le choix de dissimuler à la presse et au Conseil Municipal l'ensemble de ces travaux afin de mieux se réapproprier ce projet. N'étaient-ils pas indispensables pour permettre l'aménagement ? Comment faire le choix de ne pas utiliser les éléments disponibles de l'étude de définition et de les partager avec le conseil municipal ? Même si ils ne peuvent être repris à la lettre ils auraient eu le mérite d'éclairer le débat... Mais comme il ne doit pas y avoir de débat !!!


En Conseil Municipal, c'est à la signature d'un chèque en blanc à laquelle ont été invité les élus. Aucune référence aux travaux réalisés précédemment, aucun principe, aucune orientation. Juste l'idée de la "multifonctionnalité" au milieu de phrases emphatiques et de superlatifs. Le tout pour 18 millions d'euros ! L'honneur des élus est de faire des choix et d'établir des priorités. Mme Fourneyron s'y est refusée préférant choisir seule dans son bureau, entourée de son petit cercle, comme pour l'Espace Monet Cathédrale. M. Robert, lui, nous a expliqué qu'avec cette délibération nous achetions des "capacités d'imagination". Triste aveu ...

 

Mme Fourneyron, par sa précipitation à lancer ce projet et son refus de le discuter, débute une dangereuse fuite en avant pour masquer sa perte de contrôle de la situation municipale.


Ce grand projet mérite mieux. Rouen mérite mieux.

Repost 0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 23:21

Mon intervention suite à la présentation du compte-rendu fait à la municipalité sur le projet de la ZAC Aubette Martainville.

 

"Le projet d'aménagement de la zone Aubette Martainville est un projet important pour Rouen, aubette18.jpgpour son agglomération, pour le développement économique, et bien évidemment pour la filière hospitalo-universitaire de la santé et le développement de la faculté de médecine et de pharmacie.

Cette délibération insiste sur le caractère métropolitain du projet. C'est une évidence que j'ai toujours soutenue. Aussi je me réjouis qu'il ait été repris à son compte par l'agglomération depuis deux ans alors qu'elle l'avait toujours refusé auparavant. Ceci restera probablement comme l'un des symboles du scandale politique qui a consisté à priver la ville de Rouen de tout soutien pendant plusieurs années pour des raisons strictement politiciennes.

Le compte-rendu qui nous est proposé me procure un certain nombre de satisfactions mais aussi d'inquiétudes.

Les satisfactions tout d'abord;

  • - celle de voir la fin définitive de l'affaire Marais Marinox. Cette friche industrielle, polluée, qui pendant en longues années a été la première vision qu'avait de Rouen les voyageurs arrivant par le train de Paris. La procédure d'abandon manifeste engagée en 2002, 2003 permet aujourd'hui à la ville de s'être débarrassé de cette verrue et de disposer du terrain pour y développer une partie du projet Aubette Martainville
  • - celle de voir la poursuite du projet de "villa urbaine durable" initiée en 2007. Deuxième expérience, après celle de la caserne Pélissier, d'un projet de construction simultanée de logements sociaux et de logements destinés à l'accession à la propriété, le tout avec des normes élevées d'éco-construction
  • - celle enfin de voir aboutir le projet de logements étudiants porté par la MACSF tel que prévu dans le plan de développement du logement étudiant présenté à la municipalité à la fin de 2007 et que vous déclinez depuis votre arrivée.

Les inquiétudes ensuite

  • - celle du retard pris. Ce sont au moins deux ans de retard qui ont été pris sur ce projet. C'est tout à fait regrettable dans le cadre de la concurrence à laquelle nous sommes soumis dans ce type de projet avec d'autres villes
  • - celle de l'envol difficile de la pépinière provisoire mise en place au début de 2008
  • - celle de l'incertitude sur les questions de circulation et des aménagements en faveur des modes doux
  • - celle, enfin, de la question du stationnement pour les employés du CHU et les futurs usagers de la zone Aubette Martainville. En effet, il semble que vous ayez renoncé à l'extension du parking du CHU. Comme par ailleurs vous vous opposez depuis des années à l'extension du métro du Boulingrin vers le CHU, il est à craindre que cette zone, malgré la présence de TEOR, on souffre d'un réel problème d'accessibilité. L'aménagement de la zone entraînant de fait la suppression de parking provisoire mis à disposition des agents du CHU, il est à craindre que ceux-ci voient leurs difficultés de stationnement très aggravées si rien n'est prévu. Il n'est pas satisfaisant que ce problème ne soit pas anticipé dès maintenant alors qu'une étude menée sur le site a démontré un déficit de 1000 places !!"
Repost 0
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 17:50

Ce sont les maîtres mots de la rentrée de la majorité municipale. Le Conseil Municipal de Vendrdedi en a été la parfaite illustration.

Après 3 ans, les mensonges de la campagne électorale apparaissent un à un. Le chantier du palais des congrès en est le symbole. Les jeux olympiques de la jeunesse, la médiathèque, l'aménagement de l'ile Lacroix, la stabilité des impôts, etc.

 

L’absence de vision pour Rouen de Mme Fourneyron et de son équipe se confirme chaque jour.

La ville est sous tutelle de l’agglomération.

Les impôts augmentent fortement.

Les services municipaux souffrent.

Et maintenant, les divisions de la majorité municipale éclatent au grand jour avec le premier retrait des délégations d’un adjoint.

 

L’autosatisfaction aveugle et les manifestations couteuses, comme l’aménagement pendant l’été du pont Boieldieu, ne masquent plus la triste réalité.

 

Face à cette situation préoccupante, nous avons la responsabilité de rassembler largement autour d’une vision d’avenir et d’un vrai projet pour Rouen. C’est le sens de notre regroupement au sein de la minorité municipale. C’est notre engagement pour les années à venir.

Repost 0
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 23:42

C'est le titre d'une exposition du photographe Yves Desportes dont le vernissage avait lieu ce soir à la chapelle du CHU.

 

Exposer des photos du cimetière monumental dans l'hôpital ? Une démarche qui peut surprendre.in-memoriam.jpg
L'hôpital est un lieu de vie. Mais, la mort y est sans cesse présente.
En promenant son objectif, au fil des saisons, aux différentes heures de la journée, Yves Desportes nous fait découvrir le cimetière monumental avec le regard curieux de celui qui aime la vie. Car, ce qui ressort de la série de photos, qu'il nous propose, est que ce cimetière, au-delà de sa sérénité et de sa beauté, est un lieu vivant.

Ainsi, l'hôpital et le cimetière ont en commun d'être des lieux particuliers de la ville où se côtoient la vie et la mort. Des lieux, où au-delà de ses propres émotions, chacun peut prendre conscience que la mort fait partie de la vie.

Yves Desportes, en nous montrant les petits détails et la majesté du cimetière monumental, nous invite à cette réflexion. Celle à laquelle tous les soignants de l'hôpital sont confrontés quotidiennement.

 

In Memoriam

Chapelle du CHU.

du 18 septembre au 18 octobre de 9h à 17h.

YD YD

Repost 0
Published by Edgar Menguy - dans Culture
commenter cet article
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 10:43

C'est le titre de Paris-Normandie, après le retrait des délégations d'adjoint de Guillaume Grima.

Est-ce une surprise ? Non.


Je décrivais d'ailleurs cette situation dans un article de septembre 2009 après un Conseil Municipal particulièrement désolant.

Voilà ce que j'écrivais le 26 septembre 2009 :

Le Conseil Municipal de cette nuit a été un peu extravagant !
Visiblement la majorité municipale se disloque petit à petit. Suite des élections Européennes ?, perspective des élections régionales ? ou très probablement malaise bien plus profond. L'alliance de circonstance des élections municipales ne résiste pas à l'épreuve des faits.

Quelques exemples du malaise. Au cours de ce conseil municipal, on a pu voir :
- Mr Bérégovoy présenter une motion sur la téléphonie mobile et Mme Fourneyron lui indiquer qu'elle avait pris des mesures différentes sur le sujet, il y a 2 mois. Visiblement, il le découvrait. De la communication interne en live ! Ils n'avaient visiblement pas eu le temps de se téléphoner. Le principe de précaution sans doute.
- Les élus de la majorité découvrir le projet d'aménagement de la place des Chartreux (on peut se demander d'ailleurs si Mr Robert, qui le présentait, ne le découvrait pas aussi un peu....). Finalement, les Verts ne l'ont pas voté. Les communistes, eux, ont expliqué qu'ils étaient contre mais... qu'ils votaient pour tout en pensant qu'il fallait faire autrement...
- Les Verts voter contre le financement de Rouen Givrée et celui du Pédibus
- Et de très nombreux débats entre membres de la majorité municipale montrant que, de toute évidence, il n'y a plus de communication interne. Les élus de la majorité découvrent, pour la plupart, en séance les délibérations et les décisions qu'ils doivent prendre.

Si cette cacophonie donne parfois envie de sourire, on ne peut s'en réjouir.
Tout cela n'est pas sans conséquences pour la Ville.
Dans une telle ambiance, il ne faut pas s'étonner que "l'immobilisme est en marche et rien ne pourra l'arrêter" comme disait Edgar Faure.


 

La cohésion de façade n'aura pas pu tenir plus longtemps. Le voyage commun à Copenhague du Maire et de Guillaume Grima n'aura pas suffi.

Et j'ai envie de conclure de la même façon qu'il y a 1 an. Ce n'est pas une bonne nouvelle pour Rouen et les Rouennais que d'avoir une majorité municipale divisée. Comment s'étonner qu'elle ne propose pas de vision d'avenir et qu'elle se contente de coups de communication et d'augmenter les impôts ?

Et je ne parle pas ici du malaise vécu par le personnel municipal que j'avais déjà évoqué en Conseil Municipal ...

 

Tout cela rend d'autant plus importante la reconstruction que nous mettons en oeuvre et dont les premiers éléments ont été annoncés cette semaine avec le renforcement de notre groupe municipal par les arrivées de Bruno Devaux et de Jean-Michel Guyard pour mieux préparer l'avenir. Nous avons la responsabilité de ne pas décevoir les attentes des Rouennais.

Repost 0
Published by Edgar Menguy - dans Rouen
commenter cet article
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 18:50

L’été passe vite, trop vite, pour qui veut prendre le recul nécessaire pour mieux agir la rentrée venue.

Je n’ai pas aimé le ton politique de cet été ! 

Acharnement contre un ministre que j'espère simplement imprudent, images invraisemblables d’une gendarmerie attaquée à la hache, stigmatisation d’une communauté, surenchère verbale et médiatique, propos excessifs de ceux qui pensent nécessaire de parler de racisme, de fascisme ou de nazisme,…

La société va mal.

Nous sommes confrontés à de graves turbulences économiques et sociales, à une insécurité qui prend des formes multiples mais qui menace en priorité les plus fragiles d’entre nous, au fonctionnement de l’Europe qui me semble de moins en moins clair et apte à répondre aux questions quotidiennes.

Pour avoir navigué le long des cotes bretonnes cet été, je ne peux m’empêcher de faire un parallèle entre cette situation et la conduite d’un bateau. Plus la situation est délicate et plus il faut agir avec calme et mesure. La peur et les cris, les coups de barre brutaux ne peuvent rendre les choses que plus difficiles encore. L’expérience maritime montre également que l’une des clés de la réussite est de se rassembler et non de se diviser pour faire face aux difficultés.

J’ai soutenu Nicolas Sarkozy en 2007. J’étais, et je suis toujours, persuadé que c’était le meilleur choix pour moderniser notre pays. J’ai également souhaité à cette occasion que soient réhabilitées l’autorité et la responsabilité.

La sécurité n’est pas un sujet à prendre à la légère. Mais, ce n’est pas un sujet simple ! La question des Roms illustre d’ailleurs bien cette difficulté.

Une politique de sécurité si elle nécessite de l’écoute, nécessite également de la fermeté. Celle-ci est le point de repère indispensable, en particulier pour ceux qui n’en n’ont plus. Mais, et cela me semble fondamental, la fermeté ne peut oublier l’humanité. C’est même la condition nécessaire à sa crédibilité. Fermeté et humanité sont indissociables. La fermeté sans humanité s’apparente à la brutalité. L’humanité sans fermeté est une forme d’angélisme pour ne pas dire de laxisme. Je ne me retrouve ni dans l’un ni dans l’autre de ces excès. J’ai voté pour que l’Etat marche sur ses deux jambes : fermeté et humanité.

J’espère que la rentrée sera l’occasion d’un retour à plus de mesure et que les conditions du rassemblement seront réunies. Il est l’affaire de chacun et l’intérêt de tous pour faire face aux défis auxquels nous sommes confrontés. Ceux qui se contentent de critiquer sans rien proposer ne servent pas à grand-chose.

Nous avons besoin d’un Etat juste dans une Europe cohérente.

Il est de notre responsabilité de construire un Etat juste. C'est-à-dire, un Etat qui met sa force au service du droit, et des droits, et qui reconnaisse l’égalité de tout homme avec tout autre malgré les inégalités de faits ou de talents.

Comme je crois à la construction de l’Europe, il me semble indispensable de réfléchir la politique de sécurité à ce niveau car les mêmes problèmes se posent dans chacun des pays qui mettent tous en place des solutions alors que la réponse ne peut qu’être globale (la question des Roms en est l’illustration !!!). La France devrait prendre l’initiative d’un débat sur la recherche de solutions à cette échelle.

Je suis heureux que François Fillon aille dans ce sens.

Repost 0
Published by Edgar Menguy - dans edgarmenguy
commenter cet article
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 10:13

Le débat au sein du Conseil Municipal est de plus en plus difficile. Il est même possible de se demander si il y a encore débat, tant le Maire et sa majorité évitent toute discussion. L'utilisation du règlement intérieur mis en place il y a quelques mois amplifie ce phénomène alors que sa justification de raccourcir les conseils municipaux n'a pas abouti.

Nous avons donc présenté un voeu demandant une nouvelle modification du règlement intérieur pour restaurer un débat démocratique au sein de ce Conseil Municipal.

 


Depuis plusieurs Conseils Municipaux, nous avons adopté un nouveau règlement intérieur. Ses objectifs étaient de mieux organiser les débats et de raccourcir la durée des Conseils Municipaux.

Après cette phase d’expérimentation, il est évident que si ce règlement comporte un certain nombre de points positifs, il n'en demeure pas moins qu’il a échoué dans ses grands objectifs.

La durée des Conseils Municipaux ne s’est en rien raccourcie. Et, il est de plus en plus difficile d’avoir de véritables débats contradictoires au sein de ce Conseil puisqu’il n’est plus possible d’avoir un échange. Une succession de monologues entrecoupés de rappels au règlement ne fait pas un débat.

Alors, si la qualité des débats dépend de chacun de nous, il nous parait aujourd’hui indispensable de revenir sur ce règlement intérieur afin de permettre l’échange des arguments comme cela doit être le cas dans une instance démocratique.

C’est pourquoi nous formons le vœu que la période estivale soit mise à profit pour une réflexion des différents groupes sur les modifications du règlement intérieur nécessaires pour redonner toute sa dimension au débat au sein de notre assemblée.

En conséquence, nous demandons à Madame le Maire d’organiser et de mettre en œuvre cette réflexion.

 


 

Cette démarche a été acceptée. Ce qui est une bonne chose même si je suis très perplexe sur la volonté du Maire de changer vraiment les choses...

Repost 0