Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Portrait

Edgar Menguy

Conseiller Municipal de la ville de Rouen

Membre de l'UMP

Médecin réanimateur du CHU de Rouen

LA PERMANENCE VIRTUELLE

Vous êtes Rouennais et vous avez une question à me poser ou un problème que je peux vous aider à résoudre. Alors, n'hésitez pas ! Vous m'en faites part dans la boite à messages. Je vous donnerai la réponse et je la publierai sur ce blog afin que tout le monde puisse en profiter pour une expérience de démocratie locale en direct.

Boite à Messages

Retour à l'accueil
 

Recherche

Ce blog est un lieu de dialogue sur Rouen, la politique locale et nationale, l'Europe, l'urbanisme, l'environnement, les transports, la santé, la médecine, le sport, la culture, l'éducation et de façon générale sur tous les sujets d'actualité et de société.

Ecrivez-moi

Archives

Actualité

 

Vous voulez être informés
de la parution d'un nouvel article ?
 

Abonnez vous dans la rubrique newsletter ci-dessus
 
Edgar Menguy
 
 

 

Locations of visitors to this page

22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 08:57

La municipalité veut imposer de façon autoritaire la réforme des rythmes scolaires dès la rentrée 2013. Au conseil municipal de ce soir, je présenterai la motion suivante.

 


Rythmes scolaires. Pour un report en septembre 2014.

 

La réforme des rythmes scolaires est sans doute nécessaire. Mais elle ne peut réussir que dans le cadre d'un projet éducatif de qualité prenant en compte toutes les dimensions de l'organisation des activités scolaires et périscolaires.

 

En effet, cette réforme scolaire aura obligatoirement des répercussions pour les enfants, les parents et les enseignants. Elle pose par ailleurs des questions financières pour les collectivités et la nécessité d'arbitrages sur les moyens  qui seront susceptibles d’être dégagés par l’Etat pour l’accompagner dans les meilleures conditions 

 

La méthode de concertation proposée a été très insuffisante. Il est regrettable que tous les acteurs concernés n'aient pas été assez écoutés, face à une réforme imminente, prévue pour la rentrée prochaine alors que cette réforme aurait dû  être préparée bien plus en amont. Le gouvernement n'a malheureusement pas choisi cette voie.

Le décret n° 2013-77 du 24 janvier 2013 relatif à l'organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires laisse aux communes la possibilité de sa mise en application en septembre 2014.

De nombreux intervenants ont exprimé leur volonté de voir reportée l’application de ce décret à la rentrée 2014. Cette solution permettra de prendre le temps d’un travail abouti, avec la participation active de tous les acteurs et partenaires concernés (enseignants, parents, élus, animateurs, associations sportives et culturelles, etc.), dans le but partagé de parvenir à la meilleure organisation possible des rythmes scolaires pour les enfants de Rouen.

En conséquence, dans un esprit constructif et afin d’en permettre la meilleure mise en pratique possible, le Conseil Municipal de Rouen, réuni le 22 mars 2013 :

  • se prononce pour le report à septembre 2014 de l’application du décret relatif à l'organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires de notre ville
  • demande que ce temps soit utilisé pour mettre en place un projet éducatif de qualité dans le cadre d'une concertation élargie.
  • sollicite de l'Etat un accompagnement financier permettant à la ville de mener cette réorganisation dans les meilleures conditions.

Repost 0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 09:00

Une annexe du musée d'Orsay à Rouen

 

Vœu présenté par le Groupe UMP Réussir Ensemble

 

L' UMP a proposé, dans le cadre d'une convention dédiée à la culture, la création d'un nouveau musée, annexe du musée d'Orsay, dans le cadre du Grand Paris.

Cette proposition s'appuie notamment sur l'exemple du Moma new-yorkais et de l'annexe Moma PS1 à Brooklyn qui a largement participé à la dynamisation du territoire.

Comme le Louvre (Lens) et le Centre Pompidou (Metz), le musée d'Orsay pourrait ouvrir une antenne en province ou participer à un axe impressionniste Paris-Le Havre.

Rouen a tous les atouts pour accueillir un tel projet.

Nous formons le vœu qu'une démarche collective soit organisée pour présenter et soutenir la candidature de Rouen dans cette perspective.

 

Repost 0
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 05:46

Il est assez frappant de justifier l'intervention de la ville" à la demande" d'un EPCC qui via son conseil d'administration a voté en 2010 " le principe du lancement d'une étude stratégique d'opportunité sur le devenir du bâtiment".

Or avant d'engager 200.000 Euros d'études, a-t-on réfléchi à l'opportunité de mettre beaucoup d'argent dans une structure qui a déjà fait l'objet de travaux importants au cours des dernières années ?

Un tel projet est-il finançable et par qui à moyen terme ?

Est-il inscrit dans un plan prévisionnel des investissements (PPI) de la ville, de la CREA, de la Région ? du Département ? Est-ce une priorité lorsque l'on sait dans quel état sont les finances du Conseil Général ?

Repost 0
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 04:44

Ce projet que tout le monde souhaite voir réussir a été mal engagé.

Une approche politicienne, cherchant à faire des effets d'annonce, a fait prendre la réflexion sur le projet dans le mauvais ordre :

- pas de réflexion préalable sur les usages (foire Saint Romain, circulation, etc.),

- absence de réflexion préalable sur le projet dans le cadre d'une concertation approfondie, etc..

Au contraire, un vague projet a été imposé et modifié au fur et à mesure des incohérences dénoncées par les usagers, un urbaniste a été choisi sans orientations précises et aujourd'hui est lancée une concertation à postériori...

Un beau projet, bien mal engagé !!

Repost 0
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 02:40

Ce remaniement municipal est porteur d'un certain nombre d'enseignements :

- L'échec de la majorité et en particulier du Maire qui s'est montrée incapable de maintenir la cohésion de son équipe municipale

- La rupture de contrat avec les Rouennais dont le choix a été fait sur l'engagement d'une équipe rassemblant diverses sensibilités de gauche

- Le repli de l'éxécutif municipal sur le parti socialiste. Ce qui est contraire au pluralisme nécessaire à la bonne conduite d'une politique publique locale

- La prise de conscience de la gravité du malaise des agents de la ville avec l'allumage d'un contre-feu par le désaveu de Mme Rambaud.

 

Nous constatons que l'on est bien loin des promesses de "Rouen Motivée".

Aujourd'hui, le Conseil Municipal s'éloigne de plus en plus de la population en perdant petit à petit sa représentativité. Les communistes qui ne représentent qu'une très petite partie de la population ont plusieurs postes d'adjoints. Les écologistes qui représentent plus n'ont plus aucune fonction dans l'éxécutif. Et le minorité municipale qui représente beaucoup plus que les deux réunis est écartée de toute décision ou participation au débat.

Repost 0
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 00:00

Pour un moratoire sur le réaménagement de la ligne 7

Motion présentée par le groupe UMP réussir ensemble

 

L'amélioration des transports collectifs est un axe fort des politiques urbaines. Les efforts faits dans ce sens dans l'agglomération rouennaise, au cours des 20 dernières années, doivent être poursuivis.

Cependant, cette politique ne doit pas être aveugle. Elle doit avoir une vision d'ensemble du fonctionnement urbain en particulier en matière commerciale, prendre garde à la création de nuisances nouvelles et veiller à la cohérence avec les autres modes de déplacement.

Le réaménagement de la ligne 7, avec une modification profonde de l'axe Lafayette, rue de la République, côte de Neufchatel ne peut se faire dans l'intérêt des usagers des confins de l'agglomération au détriment des Rouennais et de leurs commerçants déjà soumis à une conjoncture difficile.

Les élus de Rouen ont l'obligation de faire valoir les préoccupations des habitants de Rouen et de ne pas permettre à notre ville de subir des décisions, venues de l'Agglomération, sans qu'elles ne soient prises en compte. C'est leur raison d'être.

L'absence de représentation de la minorité municipale au sein de la CREA ne permet aucun débat démocratique sur la prise en compte des problématiques rouennaises dans cette instance.

Par ailleurs, la concertation mise en place ne permet pas l'expression des Rouennais. Il est assez significatif de lire dans le même article de Rouen Magazine que l'enquête publique se déroule jusqu'au 1er octobre mais que les travaux sont déjà programmés pour les semaines qui viennent ! Cette absence de concertation, déjà observée sur de nombreux autres dossiers, n'est pas acceptable.

Enfin, ce projet s'appuie sur le PDU qui n'est pas opposable et qui est en cours de révision sans que l'ensemble des élus de Rouen ne participe à celle-ci malgré des demandes répétées au cours de réunions précédentes du Conseil Municipal.

 

Dans ces conditions, nous vous invitons à adopter la motion suivante :

 

Le Conseil Municipal de Rouen, soucieux de poursuivre le développement des transports en commun dans l'agglomération, mais très préoccupé par les conséquences du réaménagement projeté de la ligne 7 sur le fonctionnement urbain du centre ville de Rouen et en particulier sur le commerce demande :

- un moratoire sur le projet de réaménagement de la ligne 7 dans le centre ville de Rouen

- l'étude et la présentation de solutions alternatives au projet proposé ainsi que les conditions de mise en œuvre de chacune des hypothèses

- la mise en place des conditions d'une réelle expression démocratique des Rouennais sur un sujet qui les concerne directement et qu'ils n'ont pas à subir sans pouvoir faire valoir leurs préoccupations.

Repost 0
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 10:50

Lors du Conseil Municipal de vendredi, nous avons présenté une motion pour obtenir des garanties pour l'organisation de l'Armada qui semble menaçée par le retard pri dans les décisions de la ville.

Cette motion a été rejetée par la majorité municipale après un discours plein de suffisance mais qui ne nous a pas convaincus.

 


Des garanties pour l'Armada

 

Motion présentée par le groupe UMP Réussir ensemble

 

La ville de Rouen, parmi toutes ses richesses, a su mettre en place au fil du temps de grandes manifestations populaires et gratuites comme par exemple les fêtes Jeanne d'Arc, les 24 heures motonautiques ou l'Armada…

Il est de la responsabilité des élus de protéger les éléments de notre patrimoine commun.

Ces manifestations en font partie. Elles contribuent à l'image de notre ville mais aussi, et peut-être surtout, au lien social qui unit bénévoles et habitants dans un même sentiment de fierté autour d'un projet commun.

Depuis 3 ans, plusieurs phénomènes inquiétants se sont produits.

Les fêtes Jeanne d'Arc perdent peu à peu de leur sens et de leur éclat.

Les 24 heures motonautiques ont été sacrifiés par les décisions (ou les non décisions …) de la majorité municipale. L'édition de cette année restera dans les mémoires comme un fiasco sans précédent.

 

C'est pour cela que nous voulons dès maintenant attirer l'attention de l'opinion publique et obtenir des garanties sur le sort de la prochaine Armada.

Cette manifestation qui a tant fait pour Rouen depuis 1989 semble à son tour menacée. Aucun engagement clair et précis n'est pris et il est fait état de remise en cause de son caractère populaire et gratuit.

Au-delà du manque de respect que cela témoigne vis à vis des bénévoles engagés depuis le début dans cette aventure, cela fait craindre pour l'Armada un scénario identique à celui des 24 heures motonautiques.

 

Considérant ce qui précède et souhaitant manifester son attachement très fort à l'Armada, le Conseil Municipal de Rouen :

 

- souhaite le maintien du caractère populaire et gratuit de cette grande manifestation organisée autour de la Seine.

 

- demande à Madame le Maire de prendre dès cette séance du Conseil Municipal des engagements précis et concrets pour l'organisation et le financement de la prochaine Armada.

 

- mandate Madame le Maire pour exiger les mêmes engagements de la part de la CREA, du Département et de la Région.


Repost 0
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 18:03

La délibération sur l'aménagement des quais rive gauche avait été présentée avant le Conseil Municipal comme la délibération phare marquant le début des grands projets du mandat.

Nous avons, en fait, assisté à une tentative de récupération maladroite d'une ambition collective partagée.

Mme Fourneyron n'a pas pu s'empêcher de nous faire le coup de la page blanche... comme si rien n'avait été fait sur ce projet avant elle. Et, elle a demandé au conseil municipal de lui signer un chèque en blanc puisqu'elle a refusé de proposer toute orientation ou principe d'orientation, toute discussion.

Mme Fourneyron a réclamé l'unanimité sur ce projet. Elle aurait dû l'avoir. Le fait qu'un tiers du Conseil Municipal choisisse de s'abstenir sur un projet dont l'idée est largement partagée est pour elle un échec majeur.

L'urbanisme demande beaucoup de temps. L'aménagement des quais en est une illustration évidente. Enjeu majeur pour Rouen, il a commencé au début des années 2000 et se poursuivra probablement jusqu'à 2020 ou 2025. Plusieurs équipes municipales, plusieurs maires porteront ce projet.

Faire le coup de la page blanche, en omettant délibérément toutes les décisions antérieures et en laissant croire qu'il s'agit de la première délibération sur le sujet n'est ni à la hauteur du projet ni à celle que la fonction de maire devrait inspirer à celui qui a l'honneur de l'exercer.

 

quaisrivegauche-lion.jpg

Aménagement des quais Yves Lion. Etudes 2005 - 2006


Les délibérations sur le sujet ont été nombreuses :

  • 2001 : Convention d'étude avec l'école nationale du paysage et débats avec les conseils de quartier
  • 2002 - 2003 : Implantations des grues Picasso. Mises en lumière
  • 2004 :  Conventions de superposition de gestion. Délibération certes pas très " sexy" mais totalement indispensable pour définir les champs de compétence entre l'État, le Département, la ville, Réseau Ferré de France, Voies Navigables de France, et port de Rouen
  • 2005 :  Etudes techniques sur la stabilité de la trémie ferroviaire
  • 2005 - 2006 : lancement d'études de définition sur les rives de la Seine et de la gare rive gauche. L'idée était d'obtenir plusieurs hypothèses intégrant l'aménagement des quais rive gauche mais aussi toutes les questions de transport avec l'arrivée de la nouvelle gare, du projet de tram-train, des problèmes de stationnement et de la problématique du passage des camions au centre-ville de Rouen. Trois équipes d'urbanistes de renom ont travaillé sur ce projet : Yves Lion, François Grether et Marion Talagrand. Ils ont remis à la ville de Rouen un travail important évoquant diverses hypothèses d'aménagement mais aussi d'accessibilité au site, de liaison avec son environnement et de déplacement de la foire Saint Romain (ce qui aurait mérité d'être étudié en lieu et place de la décision péremptoire et non préparée de déplacement sur le môle Waddington). Leur travail a démontré les possibilités importantes sur le site qui mérite plus qu'un simple aménagement d'espaces publics mais peut accueillir des équipements comme des équipements culturels par exemple.

garerivegauche.jpg

Projet de gare multimodale sur les quais d'Yves Lion

 

Il est assez invraisemblable que Mme Fourneyron ait fait le choix de dissimuler à la presse et au Conseil Municipal l'ensemble de ces travaux afin de mieux se réapproprier ce projet. N'étaient-ils pas indispensables pour permettre l'aménagement ? Comment faire le choix de ne pas utiliser les éléments disponibles de l'étude de définition et de les partager avec le conseil municipal ? Même si ils ne peuvent être repris à la lettre ils auraient eu le mérite d'éclairer le débat... Mais comme il ne doit pas y avoir de débat !!!


En Conseil Municipal, c'est à la signature d'un chèque en blanc à laquelle ont été invité les élus. Aucune référence aux travaux réalisés précédemment, aucun principe, aucune orientation. Juste l'idée de la "multifonctionnalité" au milieu de phrases emphatiques et de superlatifs. Le tout pour 18 millions d'euros ! L'honneur des élus est de faire des choix et d'établir des priorités. Mme Fourneyron s'y est refusée préférant choisir seule dans son bureau, entourée de son petit cercle, comme pour l'Espace Monet Cathédrale. M. Robert, lui, nous a expliqué qu'avec cette délibération nous achetions des "capacités d'imagination". Triste aveu ...

 

Mme Fourneyron, par sa précipitation à lancer ce projet et son refus de le discuter, débute une dangereuse fuite en avant pour masquer sa perte de contrôle de la situation municipale.


Ce grand projet mérite mieux. Rouen mérite mieux.

Repost 0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 23:21

Mon intervention suite à la présentation du compte-rendu fait à la municipalité sur le projet de la ZAC Aubette Martainville.

 

"Le projet d'aménagement de la zone Aubette Martainville est un projet important pour Rouen, aubette18.jpgpour son agglomération, pour le développement économique, et bien évidemment pour la filière hospitalo-universitaire de la santé et le développement de la faculté de médecine et de pharmacie.

Cette délibération insiste sur le caractère métropolitain du projet. C'est une évidence que j'ai toujours soutenue. Aussi je me réjouis qu'il ait été repris à son compte par l'agglomération depuis deux ans alors qu'elle l'avait toujours refusé auparavant. Ceci restera probablement comme l'un des symboles du scandale politique qui a consisté à priver la ville de Rouen de tout soutien pendant plusieurs années pour des raisons strictement politiciennes.

Le compte-rendu qui nous est proposé me procure un certain nombre de satisfactions mais aussi d'inquiétudes.

Les satisfactions tout d'abord;

  • - celle de voir la fin définitive de l'affaire Marais Marinox. Cette friche industrielle, polluée, qui pendant en longues années a été la première vision qu'avait de Rouen les voyageurs arrivant par le train de Paris. La procédure d'abandon manifeste engagée en 2002, 2003 permet aujourd'hui à la ville de s'être débarrassé de cette verrue et de disposer du terrain pour y développer une partie du projet Aubette Martainville
  • - celle de voir la poursuite du projet de "villa urbaine durable" initiée en 2007. Deuxième expérience, après celle de la caserne Pélissier, d'un projet de construction simultanée de logements sociaux et de logements destinés à l'accession à la propriété, le tout avec des normes élevées d'éco-construction
  • - celle enfin de voir aboutir le projet de logements étudiants porté par la MACSF tel que prévu dans le plan de développement du logement étudiant présenté à la municipalité à la fin de 2007 et que vous déclinez depuis votre arrivée.

Les inquiétudes ensuite

  • - celle du retard pris. Ce sont au moins deux ans de retard qui ont été pris sur ce projet. C'est tout à fait regrettable dans le cadre de la concurrence à laquelle nous sommes soumis dans ce type de projet avec d'autres villes
  • - celle de l'envol difficile de la pépinière provisoire mise en place au début de 2008
  • - celle de l'incertitude sur les questions de circulation et des aménagements en faveur des modes doux
  • - celle, enfin, de la question du stationnement pour les employés du CHU et les futurs usagers de la zone Aubette Martainville. En effet, il semble que vous ayez renoncé à l'extension du parking du CHU. Comme par ailleurs vous vous opposez depuis des années à l'extension du métro du Boulingrin vers le CHU, il est à craindre que cette zone, malgré la présence de TEOR, on souffre d'un réel problème d'accessibilité. L'aménagement de la zone entraînant de fait la suppression de parking provisoire mis à disposition des agents du CHU, il est à craindre que ceux-ci voient leurs difficultés de stationnement très aggravées si rien n'est prévu. Il n'est pas satisfaisant que ce problème ne soit pas anticipé dès maintenant alors qu'une étude menée sur le site a démontré un déficit de 1000 places !!"
Repost 0
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 17:50

Ce sont les maîtres mots de la rentrée de la majorité municipale. Le Conseil Municipal de Vendrdedi en a été la parfaite illustration.

Après 3 ans, les mensonges de la campagne électorale apparaissent un à un. Le chantier du palais des congrès en est le symbole. Les jeux olympiques de la jeunesse, la médiathèque, l'aménagement de l'ile Lacroix, la stabilité des impôts, etc.

 

L’absence de vision pour Rouen de Mme Fourneyron et de son équipe se confirme chaque jour.

La ville est sous tutelle de l’agglomération.

Les impôts augmentent fortement.

Les services municipaux souffrent.

Et maintenant, les divisions de la majorité municipale éclatent au grand jour avec le premier retrait des délégations d’un adjoint.

 

L’autosatisfaction aveugle et les manifestations couteuses, comme l’aménagement pendant l’été du pont Boieldieu, ne masquent plus la triste réalité.

 

Face à cette situation préoccupante, nous avons la responsabilité de rassembler largement autour d’une vision d’avenir et d’un vrai projet pour Rouen. C’est le sens de notre regroupement au sein de la minorité municipale. C’est notre engagement pour les années à venir.

Repost 0